vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La manipulation de la réalité syrienne par des médias occidentaux est dénoncée

Damas, 19 octobre (Prensa Latina) Lors d’un reportage télévisé diffusé par des médias locaux, le ministre d’État aux Affaires de Réconciliation Nationale, Ali Haidar, a dénoncé le fait que la « presse occidentale a confondu et dupé l’opinion publique en transmettant des faits déformés de la réalité ».

Lors d’une rencontre avec une délégation française, qui inclut des parlementaires, des journalistes et des médecins, Haidar a souligné  que ces « médias jouent un rôle négatif en diffusant des événements déformés sur la Syrie ».

Il a ensuite indiqué que cette « ligne d’action répond aux intérêts et aux agendas des États hostiles » à ce pays du Levant.

En diverses occasions, des représentants du gouvernement syrien ont dévoilé le fait que des « entités de communication d’Occident développent des campagnes médiatiques destinées à sataniser le gouvernement et les forces armées syriennes » qui luttent contre le terrorisme.

Ils ont également exposé le fait que « ces médias passent sous silence les plaintes effectuées à l’encontre des bombardements illégaux de la coalition internationale contre la population civile et des infrastructures, dont un nombre important ont été détruites sans justification ».

Lors de son intervention, Haidar a précisé que la posture de l’Union Européenne envers la Syrie est loin d’être objective et indépendante.

Après avoir exposé le fait que les pays occidentaux tentent de politiser le dossier humanitaire syrien, il a fait référence au fait que le gouvernement envoie de l’aide humanitaire aux populations sinistrées et garantit leurs besoins de base dans différentes régions du pays.

Il a d’autre part insisté sur le fait que certains acteurs politiques du Liban manipulent de manière inhumaine le sujet des réfugiés syriens dans ce pays voisin.

Par ailleurs, le gouverneur de la province syrienne de Deir Ezzor,  Mohamad Ibrahim Samra, s’est aujourd’hui réuni avec un groupe de journalistes occidentaux en visite sur ce territoire et les a appelé  à transmettre la réalité de ce qu’il s’y passe.

Samra a demandé aux professionnels de la presse des États-Unis et d’Europe de dénoncer dans leurs articles l’impact négatif des sanctions occidentales unilatérales sur la population.

Selon des autorités de ce pays, les mesures imposées par l’Occident ne permettent pas l’acquisition par Damas d’équipements médicaux, de médicaments et d’équipements industriels entre autres préjudices.

Lors de son échange avec les journalistes, Samra a exposé la situation actuelle de Deir Ezzor, « une ville qui stabilise la prestation de services à la population après que, début septembre, l’armée syrienne en ait brisé son siège imposé par l’État Islamique ».

peo/tgj/obf /tgj/obf

EN CONTINU
notes connexes