mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président argentin demande à « ne pas avoir peur » de la nouvelle étape de réformes

Buenos Aires, 24 octobre (Prensa Latina) Le président Mauricio Macri a avancé une étape de nouvelles réformes dans les domaines de l´éducation, du travail, fiscal puis électoral, et a demandé aux argentin de « ne pas en avoir peur ».

Lors d´une conférence de presse donnée ce lundi à la Casa Rosada (siège du gouvernement), le lendemain des élections législatives remportées par son parti, le mandataire a exprimé que l´Argentine a décidé d´être un pays intégré avec une cohésion du niveau fédéral jusqu´aux divers secteurs sociaux.

« Un pays moderne qui s´insère dans le monde. Cela signifie que nous entrons dans une étape de réformisme permanent : l´Argentine ne doit pas s´arrêter et ne dois pas avoir peur des réformes », a-t-il affirmé, cité par le journal Clarin.

Par ailleurs, le chef d´État a confirmé qu´il maintiendra le haut niveau d´endettement public qu´encourage son administration.

À ce sujet, il a indiqué que tant que le pays a un déficit fiscal comme l´actuel, il continuera d´accroitre ses dettes car il a un engagement central qui est de réduire la pauvreté.

Il a souligné que la première chose à faire pour réduire cette pauvreté est de baisser l´inflation, qui touche les personnes aux bas revenus, avant d´ajouter que « c´est la raison pour laquelle si l´on ne va pas financer le déficit par l´inflation, on doit alors le financer par la dette. C´est une chose que nous savons tous, et nous ne pouvons pas le faire éternellement ;  il est donc important de continuer d´avancer dans cette réduction progressive du déficit fiscal ».

Au sujet du cas du jeune Santiago Maldonado, dont la famille a finalement reconnu le cadavre plusieurs semaines après sa disparition, Macri a insisté sur le soutien de son gouvernement à la justice du pays pour que la vérité voit le jour.

« Nous, tous les argentins, nous sommes tristes et désolés, et la justice continuera son travail pour que l´on sache ce qui s´est passé », a-t-il conclu.

peo/rc/cw/clau

EN CONTINU
notes connexes