samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président péruvien termine son plaidoyer en réitérant son innocence

Lima, 21 décembre (Prensa Latina) Lors d´un bref plaidoyer devant l´organe législatif, le mandataire péruvien, Pedro Pablo Kuczinski, a aujourd´hui conclu sa défense, face à une motion parlementaire pour sa destitution, en argumentant qu´il est victime « d´accusations infondées ».

Le mandataire a insisté sur ce qu´il a déjà exprimé lors de son exposition initiale, répétée par son avocat, le juriste et ancien parlementaire Alberto Borea, dans laquelle il a nié avoir fait, alors qu´il était ministre, des affaires illégales, par le biais de son entreprise Westfield, avec l´entreprise du bâtiment brésilienne Oderbrecht, puis d´avoir occulté ces faits au Congrès de la République.

Borea a pour sa part soutenu que si son client a été impliqué dans un mensonge, « cela n´est pas suffisant pour le fusiller moralement », puis a estimé qu´au « lieu de le destituer, qu´il soit enquêté, et si c´est le cas, qu´il soit sanctionné dans le cadre du processus correspondant ».

Il a ensuite réitéré le fait que « ces services ont été légaux car ils n´ont pas été gérés par lui, puisque lorsqu´il était ministre, il y a plus d´une décennie, il s´est retiré de l´entreprise et l´a laissée entre les mains du chilien Gerardo Sepúlveda ».

Quant à l´oubli de faire mention de ces contrats, Borea a précisé que le mandataire « s´est excusé pour ne pas s´être informé comme il aurait dû, et ne pas avoir été prolixe et ordonné avec la documentation de ses affaires personnelles ».

Kuczinski a signalé qu´il y a, derrière les accusations à son encontre, une volonté et un désir de revenir à des « temps d´obscurantisme », en évidente allusion au gouvernement d´Alberto Fujimori (1990-2000), en prison pour divers crimes puis mentor du parti Force Populaire (FP), lequel est majoritaire au parlement et se trouve être le principal instigateur de la motion de destitution.

Il a également parlé d´opportunisme politique et a rejeté les accusations de malhonnêteté avant d´assurer qu´il n´a jamais reçu un pot-de-vin, ni a été impliqué dans des conflits d´intérêts.

Il a ensuite précisé qu´il se tient à disposition du Ministère Public et lève son secret bancaire afin que ses comptes des quinze dernières années puissent être enquêtés.

« Je ne m´oppose pas une enquête, j´exige seulement le respect du processus correspondant et le droit à la présomption d´innocence », a-t-il conclu.

peo/pgh/mrs

EN CONTINU
notes connexes