samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´ancien président du Honduras dénonce le rôle de l´OEA contre l´opposition

Tegucigalpa, 15 février (Prensa Latina) L´ancien président du Honduras, Manuel Zelaya, a aujourd´hui dénoncé le fait que « la campagne du gouvernement hondurien contre l´opposition au sujet de prétendus liens avec des gangs criminels est une stratégie planifiée par l´Organisation des États Américains (OEA) ».

Celui qui est également le coordinateur de l´Alliance d´Opposition Contre la Dictature a assuré que « la carte envoyée hier par l´OEA au mandataire Juan Orlando Hernandez prouve que les calomnies contre l´Alliance d´Opposition sont planifiées depuis Washington ».

L´OEA exprime dans la missive que « les travaux de la réforme électorale doivent également inclure des aspects liés à l´influence du crime organisé et des maras (gangs criminels de ce pays) dans le système politique et dans les processus électoraux ».

Le Parti National au pouvoir a récemment accusé l´Alliance d´Opposition d´avoir des liens avec les maras pour tenter de gagner les élections du 26 novembre dernier.

L´opposition considère que ces accusations ne sont qu´un rideau de fumée destiné à détourner l´attention des plaintes au sujet de la fraude orchestrée par Hernandez en complot avec le Tribunal Suprême Électoral.

L´OEA travaillera prétendument avec le gouvernement hondurien « sur les réformes de la Loi électoral et des organisations politiques, ainsi que sur le renforcement de la démocratie », et ce pour chercher une solution à la crise que traverse ce pays par le dialogue.

En janvier dernier, cette dite organisation a reconnu Juan Orlando Hernandez comme chef d´État, et a du coup exclu le rapport de sa mission d´observation électorale qui indiquait des failles de sécurité dans le système de calcul électoral, des incohérences dans ses registres et une vulnérabilité.

Un ample secteur de la population estime qu´Hernandez a volé la victoire au candidat d´opposition, Salvador Nasralla, ce qui provoque un mécontentement dans la société et des manifestations réprimées par le gouvernement.

peo/mgt/lla

EN CONTINU
notes connexes