jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´Armée syrienne déploiera ses forces dans l´enclave d´Afrin

Damas, 19 février (Prensa Latina) Des médias kurdes ont aujourd´hui informé que l´armée syrienne déploiera des forces militaires lors des prochaines heures dans l´enclave d´Afrin, au nord de la province d´Alep, et ce dans l´objectif de protéger les frontières avec la Turquie.

Selon des représentants de la milice des Unités de Protection Populaire (YPG), les militaires de Damas entreront ce lundi, au plus tard demain, dans la ville d´Afrin, où les forces d´invasion turques mènent des opérations militaires contre les milices kurdes.

Sheijo Bilo, l´un des leaders du Parti de l´Union Démocratique, soutenu par les YPG, a fait part du fait que le déploiement des troupes gouvernementales à Afrin a lieu dans le cadre d´un récent accord militaire entre cette entité et les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), alliées des propres Unité de Protection Populaires.

L´engagement inclut également le fait que les kurdes remettent à l´armée syrienne leurs armes lourdes et moyennes, puis que l´État de cette nation du Levant reprenne le contrôle et administre de nouveau les institutions à Afrin.

Joan Al-Hamu, conseiller de presse des YPG, a déclaré à la chaîne télévisée Al-Mayadeen que « les kurdes accepterons toute alternative dans le but de préserver Afrin, à l´exception de l´invasion turque ».

Selon des sources militaires, les troupes gouvernementales défendront Afrin de l´envahisseur turc et déploieront des batteries anti-aériennes pour empêcher les avions de combat d´Ankara de survoler le territoire syrien.

Le 19 janvier dernier, des troupes turques, et leurs acolytes de groupes radicaux comme l´Armée Syrienne Libre, ont débuté l´opération Rameau d´Olivier à Afrin dans le but de détruire les YPG et d´établir une zone de sécurité à la frontière turco-syrienne.

Le gouvernement turc s´est justifié par le prétexte selon lequel des forces étasuniennes, stationnées illégalement en Syrie, formeraient près de 30 mille effectifs kurdes chargés de la protection de la frontière nord.

peo/tgj/obf

EN CONTINU
notes connexes