lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une sénatrice étasunienne demande à Facebook d´expliquer le préjudice causé par une société de conseil

Washington, 20 mars (Prensa Latina) La sénatrice étasunienne Amy Klobuchar a aujourd´hui appelé le fondateur de Facebook, Marc Zuckenberg, à expliquer l´ampleur du préjudice causé par l´entreprise Cambridge Analytica, puis à dire comment il solutionnera le problème provoqué par ces pratiques.

Le réseau social a suspendu vendredi dernier la société de conseil, qui a son siège au Royaume-Uni, après que Facebook ait découvert que Cambridge Analytica a utilisé les données personnelles de près de 50 millions de ses utilisateurs pour des travaux de campagne électorale.

Cette agence, employée par l´équipe du président nord-américain, Donald Trump, pour l´étude d´électeurs lors du scrutin de 2016, a prétendument acquis des données d´utilisateurs de la compagnie de Zuckenberg d´une manière qui violait les politiques du réseau social.

Selon le journal The New-York Times, Aleksandr Kogan, un professeur de psychologie de l´Université de Cambridge, a accédé aux profils de millions d´utilisateurs qui ont téléchargé une application pour Facebook, appelée « thisisyourdigitallife », et qui offrait un service de « prédiction de la personnalité ».

C´est lui qui a fourni plus de 50 millions de profils à Cambridge Analytica en 2014, dont 30 millions avec suffisamment de contenu pour être exploités à des fins politiques, et ce malgré le fait que seuls 270 mille utilisateurs ont donné leur consentement pour que l´application accède à leurs informations personnelles.

La compagnie de Zuckerberg a découvert ces faits en 2015, raison pour laquelle elle a éliminé l´application de Kogan et a exigé à toutes les personnes impliquées qu´elles détruisent les données collectées, mais, selon ce qu´il a annoncé vendredi, il a reçu depuis quelques jours des rapports expliquant qu´elles n´avaient pas toutes été effacées.

Les commentaires de la législatrice démocrate ont lieu après qu´elle est appelé Zuckerberg a témoigner devant le Comité Judiciaire du Sénat pour répondre aux rapports qui expliquent que l´entreprise britannique n´a non seulement pas effacé ces contenus, mais les a à la place utilisés pour soutenir la campagne de Donald Trump.

peo/mgt/mar

EN CONTINU
notes connexes