dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´avocat de Puigdemont espère que l´Allemagne refuse son extradition

Madrid, 3 avril (Prensa Latina) La défense de l´ex-président de Catalogne, Carles Puigdemont, a aujourd´hui dit avoir confiance en ce que la justice d´Allemagne rejette l´extradition vers l´Espagne du leader indépendantiste, accusé pour la tentative de sécession de cette communauté autonome en 2017.

Lors de déclarations à la radio catalane RAC1, l´avocat Jaume Alonso-Cuevillas a exprimé ne pas être surpris de la décision du Ministère Public allemand de solliciter la remise à Madrid du mandataire destitué, lequel est détenu depuis neuf jours sur ce territoire.

« Lorsqu´un ordre d´arrestation européen est présenté, c´est le Ministère Public de l´État auquel il est adressé qui assume la défense de l´État qui le sollicite. Le Ministère Public d´Allemagne assume la défense de l´État espagnol », a-t-il expliqué.

Alonso-Cuevillas a cependant dit confier en ce que le Tribunal Régional Supérieur de Scleswig-Holstein (État Fédéral où se trouve détenu l´accusé) rejette la demande d´extradition du Tribunal Suprême espagnol, lequel poursuit Puigdemont pour rébellion et malversation de fonds publics.

Il serait donc du ressort de cette cour d´analyser la demande, puis de déterminer si l´extradition aux autorités espagnoles est légalement admissible.

« C´était une nouvelle que nous attendions, et elle était logique. Ce qui aurait été exceptionnel c´est le contraire ! », s´est exprimé l´avocat quant à cette demande d´extradition et la sollicitude du Ministère Public allemand.

Il a ensuite indiqué que la décision définitive de l´audience de Schleswig-Holstein peut durer entre deux et trois mois.

Selon lui, l´ex-président destitué est un cas exceptionnel par son importance, son intérêt, son composant politique et les atteintes aux droits fondamentaux  qui ont eu lieu dans son pays d´origine.

« Mon client est clair sur le fait qu´il est un prisonnier politique, et que l´État espagnol tentera de le faire payer pour tout ; et il est préparé à cela », a estimé Alonso-Cuevillas.

peo/mgt/edu

EN CONTINU
notes connexes