mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Putin parle de 20 pays ayant les possibilités de produire du « Novichok »

Moscou, 3 avril (Prensa Latina) La télévision de la capitale a aujourd´hui indiqué que le président russe, Vladimir Putin, a considéré qu´au moins 20 pays sont en capacité de produire la substance Novichok, avec laquelle Londres affirme que Moscou a prétendument empoisonné le double agent russe Serguei Skripal.

Le chef d´État russe a dit avoir espoir en ce que le Comité d´Investigations de son pays puisse mener à bien son enquête sur le cas Skripal, lequel a été victime, selon Londres, d´une attaque chimique le 4 mars dernier en compagnie de sa fille.

« Un porte-parole des laboratoires de chimie britanniques de Port Down, situés à près de 13 kilomètres du lieu où ont été retrouvés les citoyens russes touchés, dans la ville anglaise de Salisbury, aurait dû reconnaître qui leur a été impossible d´identifier la provenance de la substance employée », a-t-il commenté.

L´entité britannique a considéré qu´il était probable qu´une substance similaire au Novichok, également connu sous le nom de A324, ait été utilisée dans le cas Skripal, mais elle a reconnu qu´il lui était impossible de prouver sa provenance.

De son côté, le chef du Centre Scientifique du laboratoire d´analyse chimique du Ministère de la Défense russe, Igor Ribalchenko, a indiqué que « synthétiser la substance employée contre Skripal est facile, puisque les ingrédients peuvent se trouver dans un centre commercial ».

« Bien sûr, nous ne parlons pas de réaliser ce processus dans une cuisine, puisqu´il s´agit du maniement de substances hautement toxiques et qu´il faut un laboratoire de haut niveau pour son élaboration », a-t-il commenté.

Moscou se demande « comment les spécialistes britanniques ont su d´emblée quel antidote appliquer a Skripal et sa fille lorsqu´ils les ont retrouvés inconscients à Salisbury ? » ; et que pour cela « ils ont dû avoir, au minimum, un échantillon du A324 et la capacité d´en produire ».

En se basant sur l´accusation sans preuves selon laquelle Moscou est responsable de la prétendue attaque chimique, Londres a lancé une campagne qui a provoqué l´expulsion de près de 140 diplomates russes de 25 pays.

La Russie a répondu de manière symétrique à cette mesure collective, tout en exigeant au Royaume-Uni de gérer cette affaire comme le stipule la procédure établie pour ces cas-là par la Convention d´Interdiction des Armes Chimiques.

Pour cela, chaque partie doit présenter des preuves et ses arguments devant l´Organisation pour l´Interdiction des Armes Chimiques ; mais Londres s´y refuse.

peo/lma/to

EN CONTINU
notes connexes