vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Vénézuela commence la procédure de vérification des électeurs inscrits dans le système de vote

Caracas, 9 Avril (PL). Des techniciens du Conseil National Electoral (CNE), en collaboration avec les partis politiques qui participeront à l’élection du 20 mai prochain, vont aujourd’hui débuter la vérification des données concernant les électeurs inscrits dans les machines de vote.

Lors de cette convocation aux urnes, on choisira le chef de l’État et les membres des conseils législatifs et municipaux. Ce sera l’une des manifestations électorales les plus suivies au monde. Comme pour les autres 23 élections qui se sont déroulées ces dernières 18 années dans notre pays, la transparence devra être au-dessus de tout soupçon.

Durant ces audits, on vérifiera les données biométriques des électeurs, la qualité des empreintes et leur origine, ce qui  permettra de certifier les empreintes digitales contenues dans le système d’authentification du votant (SAI), outil essentiel dont le but est d’empêcher le double vote des citoyens se rendant aux urnes.

On vérifiera de même la fiabilité des noms, des prénoms, le numéro de carte de vote et l’identité des personnes inscrites sur les Registres Électoraux.

Ce processus de vérification, qui s’étalera jusqu’au 11 avril, permettra aussi d’établir un échantillon de 0,5 du registre électoral qui sera utilisé pour la révision des configurations du fichier, le tout devant être consigné dans un procès-verbal que les participants à ces audits devront signer.

Le 20 mai, 20 millions 526 mille 978 vénézuéliens, résidant à l’intérieur du pays ou à l’extérieur, pourront exercer leur droit de vote pour élire le président tandis que 18 millions 919 mille 364 électeurs présents sur le territoire national pourront choisir leurs représentants aux conseils législatifs et municipaux.

Ces audits, conjointement à la présence d’observateurs internationaux, donneront au processus électoral une fiabilité et une transparence qui feront fuir toute velléité de fraude.

Malgré toutes ces garanties, la semaine dernière, l’un des candidats à la présidence, membre de l’opposition, Henri Falcòn, a repris le vieil argument de droite en suggérant que s’il ne sort pas vainqueur des urnes, il remettra en cause le résultat de l’élection.

En fait, quel que soit l’écart des résultats entre les candidats, le président Maduro se profile comme le vainqueur de la consultation du mois de mai.

peo/tgj/lb

EN CONTINU
notes connexes