jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La France persiste dans ses menaces contre la Syrie en représailles à de présumées attaques chimiques

Paris,  10 Avril (Prensa Latina) La France a aujourd’hui persisté dans ses menaces de représailles militaires contre la Syrie pour répondre à de présumées attaques chimiques que certaines nations occidentales imputent au gouvernement de Damas, malgré l’absence de preuves.

Interviewé par la radio Europe 1, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Grippaux, a assuré que Paris prendra des représailles militaires « si les responsabilités sont établies » et que l’on parvient à prouver que « la ligne rouge a été franchie ».

Si tel est le cas, « il y aura une riposte », a indiqué le porte-parole, en accord avec les annonces faites la veille à la suite d’une conversation téléphonique entre le président français, Emmanuel Macron, et son homologue états-unien, Donald Trump.

Tous deux ont indiqué que les informations disponibles sur l’attaque dans la ville syrienne de Douma « confirment à priori l’utilisation d’armes chimiques », bien qu’aucune enquête ne vienne étayer ces hypothèses.

Le gouvernement de Damas a fermement démenti ces accusations, qui reviennent fréquemment depuis 2012.

Il y a peu de jours, une source de la Chancellerie syrienne signalait que les allégations selon lesquelles l’armée syrienne avait utilisé des substances chimiques lors de ses opérations militaires dans la ville de Douma, étaient une tentative effrontée ayant pour but d’empêcher la progression des troupes régulières dans cette région.

Ces imputations contre Damas sont considérées par la Syrie comme dénuées de tout fondement puisque l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) a corroboré que le pays a remis et détruit tout son arsenal toxique en 2014.

Le représentant permanent de la Syrie à l’ONU, Bashar Al-Jaafari, a hier rejeté la déclaration des Etats-Unis devant le Conseil de Sécurité selon laquelle le gouvernement de Damas est à l’origine de ces supposées attaques chimiques.

La Syrie réaffirme ne posséder aucun type d’arme chimique et demande à l’OIAC de  faire une enquête à Douma afin de vérifier ses dires, a-t-il affirmé lors de son intervention devant les 15 membres du Conseil de Sécurité.

peo/tgj/lmg

EN CONTINU
notes connexes