jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Evo Morales rappelle au peuple bolivien le début de la nationalisation dans leur pays

La Paz, 2 mai (Prensa Latina) Le président Evo Morales a rappelé aujourd’hui le début de la nationalisation des ressources naturelles avec son arrivée au gouvernement de Bolivie, mesure qui  a permis d’engager et de consolider les programmes sociaux.

La récupération  de nos ressources naturelles et de nos entreprises stratégiques a pris beaucoup d’années et a coûté de nombreuses vies, a écrit Morales sur son compte Twitter.

Dans un autre message, également sur Twitter, il a expliqué que la nationalisation, promulguée le 1er mai 2006,  » a permis d’ouvrir de nombreux chantiers publics et que, de nos jours, la Bolivie a le taux de croissance le plus élevé d’Amérique du Sud. »

Le mandataire a affirmé que,  grâce à cette stratégie, la Bolivie a pu récupérer sa souveraineté et qu’elle est en train de laisser derrière elle  » son passé néolibéral de saccage des ressources naturelles et de pauvreté, ce qui permet maintenant aux boliviens de s’appliquer ensemble à la distribution de la richesse ».

Il y a 12 ans, Morales promulgua  le Décret Suprême 28701 Héros du Chaco grâce auquel il récupéra la main mise sur les hydrocarbures, mettant ainsi en valeur un mode de gestion économique qui profite aux citoyens.

Pendant les périodes de gouvernement néolibéral (1995-2005), le pays accumula tout juste  quatre mille 500 millions de dollars par le biais de la rente pétrolière.

En 12 années de gestion du Mouvement Vers le Socialisme, ce chiffre est passé  à 34 mille 122 millions de dollars, d’après des informations données par le Ministère des Hydrocarbures.

Ces gains sont redistribués dans des programmes sociaux comme, par exemple,  le bonus Juancito Pinto, qui essaie d’améliorer l’éducation et de réduire l’absentéisme.

Le directeur d´Hydrocarbures, Luis Sanchez, a donné comme autre exemple l’augmentation de la production de gaz naturel qui, en 12 ans de nationalisation, a été multipliée par dix, transformant ainsi la Bolivie en pays exportateur, alors, qu’autrefois, elle importait du gaz naturel.

Les rentrées d’argent ainsi permises avoisinent les 150 millions de dollars par an, a déclaré Sanchez, en ajoutant que le Paraguay était le meilleur client dans ce domaine.

Un autre acquis mentionné par le ministre est l’augmentation du nombre de familles bénéficiant du gas à domicile (qui est pratiquement gratuit). Il y en avait 40 mille en 2006; à présent, elles sont 4,2 millions.

Sanchez a également évoqué les plans pour introduire dans le marché du gas non-conventionnel et pour élaborer des projets préparant l’arrivée des carburants biocombustibles.

peo/met/lbp

EN CONTINU
notes connexes