samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La privatisation d’Eletrobras pourrait être votée aujourd’hui au Brésil

Brasilia, 8 mai (Prensa Latina) La proposition contestée  de privatisation d’Eletrobras, entreprise responsable d’un tiers de la production électrique consommée au Brésil, pourrait être votée aujourd’hui par une commission mixte de la Chambre des Députés.

La Chambre analyse la mesure provisoire (MP 814/17) émise par le gouvernement fédéral, qui vise à changer les lois régissant le secteur électrique afin de permettre l’inclusion de Petrobras et de six de ses filières dans un vaste programme de privatisations encouragé par le président Michel Temer.

La vente de cette entreprise productrice d’énergie, la seizième au monde, constitue l’une des priorités du programme économique de l’Exécutif, qui compte sur les fonds que rapportera cette opération (plus de trois milliards 500 millions de dollars) pour pouvoir boucler son budget en 2018.

Au début de cette année législative, le dirigeant de la minorité à la Chambre Basse, Jose Guimaraes, du Parti des Travailleurs, a prévu que la privatisation d’Electrobras serait « le sujet principal de la confrontation politique avec le gouvernement » de Temer.

L’analyse favorable de la MP 814/17 a été lue le 25 avril dernier par le rapporteur, le député du Parti Progressiste Julio Lopez, qui a considéré que la privatisation de cette entreprise d’État « dotera le système électrique brésilien d’une plus grande prévisibilité, de davantage de confiance et de meilleures possibilités de développement ».

Toutefois, d’après l’agence de presse Camara Noticias, des parlementaires de l’opposition ont critiqué le document qui n’avait rien à voir avec le texte original de la proposition.

Dans le même sens, la députée du Parti Communiste du Brésil (PCdoB) JandiraFeghali a fait remarquer que le rapport de Lopes s’intéresse non seulement à la production thermoélectrique, mais aussi aux cotisations, aux gazoducs et aux tarifs sociaux. C’est comme si l’on remodelait tout le secteur électrique, a-t-elle résumé.

À la fin du mois d’avril dernier, l’Agence Sportlight, une agence de presse spécialisée dans les enquêtes, a révélé que la propre Electrobras a payé plus d’un million à Empresa RP afin qu’elle réalise une campagne pour justifier la vente de cet élément précieux du patrimoine public, et ainsi induire l’opinion publique à croire qu’elle ferait une bonne affaire.

Des spécialistes brésiliens ont tout de suite mis en garde contre les effets nocifs de cette mesure:en plus de  la mise au chômage de quelque sept mille 500 travailleurs et de l’augmentation généralisée à court terme des tarifs électriques, la privatisation de cette entreprise d’État aura des conséquences directes sur la sécurité stratégique de l’Amazonie brésilienne.

En effet, en Amazonie, Electrobras est présente dans 700 municipalités de taille importante, plus de mille localités et elle pourvoie en électricité  44 installations militaires de la frontière amazonienne, ce qui revient à dire que mettre Electrobras sous contrôle du capital privé compromet également la souveraineté nationale sur le territoire et ses vastes ressources naturelles.

peo/ymr/mpm

EN CONTINU
notes connexes