mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Evo Morales affirme que Trump est la pire menace pour l’humanité

La Paz, 9 Mai (PL). Considérant la décision prise par  le mandataire étatsunien de se retirer de l’accord nucléaire avec l’Iran, le président bolivien, Evo Morales, a aujourd’hui assuré que Trump est la pire menace pour l’humanité.

En imposant des sanctions et en rompant l’accord nucléaire avec l’Iran, les Etats-Unis s’isolent du monde et révèlent leur plan néfaste de continuer à être le pays ayant la capacité de fabriquer des bombes nucléaires qui ont déjà été utilisées pour assassiner des milliers de personnes à Hiroshima et Nagasaki, a écrit Morales sur son compte Twitter. Hier, le président bolivien a condamné la décision de Trump de se retirer du Pacte nucléaire avec l’Iran.

Il est clair, une fois de plus, que Donald Trump fait le pari de la destruction et de la déstabilisation du Moyen-Orient dans l’unique but de s’approprier des ressources naturelles de la région, a-t-il déclaré.

Donald Trump, a hier annoncé que son pays se retirait de l’accord nucléaire avec l’Iran, après l’avoir critiqué sans arrêt depuis qu’il a assumé sa fonction de président en janvier 2017.

Il a porté cette décision à la connaissance du public trois jours avant la date limite du 12 mai qui avait été établie comme date butoir pour que les Etats-Unis confirment ou infirment leur participation au Plan Intégral d’Action Conjointe souscrit en 2015 entre l’Iran et le Groupe 5+1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine, plus Allemagne).

Après avoir répété ses accusations sur le soi-disant soutien de l’Iran au terrorisme, Trump a signé un ordre exécutif à la fin de son discours à la Maison Blanche, pour imposer des sanctions de haut niveau contre ce pays et il a signalé qu’il a des preuves que le Gouvernement de Téhéran a poursuivi son programme nucléaire malgré l’accord signé.

De nombreuses voix internationales se sont élevées contre la décision  du chef de la Maison Blanche, parmi lesquelles celle d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, qui a exprimé sa profonde préoccupation devant de tels procédés et les conséquences qu’ils peuvent entrainer.

peo/Lma/lpn

EN CONTINU
notes connexes