vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie met en garde contre les conséquences du retrait des Etats-Unis de l’accord iranien

Moscou, 11 mai (Prensa Latina) La Russie a mis aujourd’hui en garde contre les conséquences négatives de la sortie des Etats-Unis du Plan Général d’Action, l’accord relatif au programme nucléaire iranien, et a fait appel aux européens pour élaborer une position commune.

L’annonce du président étatsunien, Donald Trump, de ne plus remplir les engagements conclus dans l’accord signé avec le pays perse, en 2015, par les Etats-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la Chine et l’Allemagne, a provoqué la condamnation de Berlin et de Londres.

Malgré les accolades effusives, il y a peu de temps, entre Trump et Emmanuel Macron, le président français; malgré lavisite d’Angela Merkel à Washington, peu de temps après, leurs positions sur l’Irandiffèrent totalement.

Lors d’une réunion à Moscou entre le ministre russe des Affaires Etrangères, Serguéi Lavrov, et son homologue allemand ,Heiko Maas, tous deux sont tombés d’accord sur la nécessité de coordonner leurs positions afin d’avoir une analyse commune sur l’attitude de Washington.

De plus, Lavrov a indiqué que Berlin et Moscou apprécie la réaction mesurée de Téhéran face à la décision prise par la Maison Blanche, car, dans ce cas, il est important d’agir sans empressement, estime-t-il.

La Chine, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Iran devons adopter  une position commune, a affirmé le chef de la diplomatie russe, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue ici avec Maas.

Ainsi, a-t-il souligné, les Etats-Unis peuvent appliquer des sanctions unilatérales, mais la suspension des restrictions imposées par l’ONU à Téhéran sont un thème intouchable, a-t-il averti.

Une application des restrictions nord-américaines contre l’Iran de caractère extraterritorial nuirait aux relations dans la région du Levant  entre les Etats-Unis et l’Europe, et entre les Etats-Unis et la Russie, a-t-il poursuivi.

En outre, nous allons analyser les démarches entreprises par la Maison Blanche du point de vue de la violation des règlements établis par l’Organisation Mondiale du Commerce, a-t-il affirmé.

Mais il a tenu a rappeler que le plan signé avec Téhéran ne porte pas seulement sur la fin des sanctions en échange d’une ouverture de la totalité du territoire perse pour vérifier ses installations nucléaires, mais qu’il s’agit également d’un document permettant de stabiliser la région.

De plus, ce document signé par six pays référents empêche la course aux armements nucléaires.

Il est encore trop tôt pour évaluer exactement les dégâts pouvant être causés lorsqu’on nuit à ce processus de stabilisation de la région, mais ils seront significatifs, a-t-il considéré.

Lavrov a appelé à éviter toute recrudescence du conflit entre l’Iran et Israël, après que ce dernier ait employé 26 avions de chasse et lancé 60 missiles contre la  Syrie, sous prétexte de frapper les positions de supposés alliés de l’Iran dans ce pays.

peo/oda/to

EN CONTINU
notes connexes