jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

A la suite des élections, Trump interdit certaines transactions avec le Venezuela

Wasgington, 22 mai (Prensa Latina) Un jour après la victoire de Nicolas Maduro aux élections présidentielles, le président étatsunien, Donald Trump, a signé un ordre exécutoire interdisant certaines transactions avec le Vénézuéla, comme, par exemple, l’achat de toute dette publique vénézuélienne.

Cette mesure, en vigueur depuis ce lundi midi, empêche tout citoyen ou entité nord-américains de faire l’acquisition d’une quelconque partie de la dette vénézuélienne, y compris les sommes à percevoir.

Sont également interdits – dès que cette mesure entrera en vigueur – tout achat de promesse de dette comme garantie, ainsi que toute vente transfert, assignation de participation au capital dans quelque institution que ce soit dans laquelle le Gouvernement du Vénézuéla détient 50, ou plus de 50 pour cent des actions.

Selon ce document, le chef de la Maison Blanche autorise le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, en accord avec le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, à promulguer les règlements et régulation ainsi que tout autre moyen nécessaire pour veiller à l’application de cette disposition.

Dans une conférence de presse téléphonique sur ces restrictions, de hauts fonctionnaires de l’administration Trump ont expliqué que ces mesures visent à empêcher la vente d’actifs publics du Vénézuéla.

Ces nouvelles sanctions imposées à ce pays sud-américain, contre lequel Washington a déployé une violente campagne, ont lieu après que Maduro ait remporté hier un second mandat à la tête du pays à la suite d’élections présidentielles qui lui ont attribué plus de six millions de voix, c’est-à-dire 67,76 pour cent du soutien populaire.

Peu avant de faire connaitre ces mesures, le vice-président étatsunien, Mike Pence, a averti que Donald Trump allait faire cette démarche et a qualifié les élections présidentielles vénézuéliennes de « farce », malgré l’avis d’observateurs tels que le Conseil des Experts Electoraux d’Amérique Latine qui ont souligné que les résultats reflétaient la volonté des votants.

A son tour, Pompeo a signalé dans un communiqué que Washington allait prendre « rapidement, des mesures économiques et diplomatiques » visant à « restaurer » ce que les Etats-Unis considèrent être la démocratie, refusant ainsi d’accepter le Gouvernement constitutionnel de Maduro.

Pendant cette dernière année, l’administration Trump a sanctionné plus de 50 fonctionnaires, anciens et en poste, y compris Nicolas Maduro en personne.

Vendredi dernier, Maduro a dénoncé le rôle déstabilisateur joué par l’ambassade des Etats-Unis à Caracas; il s’agit, d’après lui, d’un » centre de conspiration permanente contre la stabilité, la paix et la démocratie » dans son pays.

peo/oda/mar

EN CONTINU
notes connexes