jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le ministre des Affaires Etrangères, Jorge Arreaza, condamne les nouvelles sanctions des Etats-Unis contre le Venezuela

Caracas, 22 mai (Prensa Latina) Le ministre des Affaires Etrangères du Vénézuéla, Jorge Arreaza, a aujourd’hui condamné les nouvelles sanctions promulguées par le gouvernement des Etats-Unis contre son pays à al suite de la réélection de Nicolas Maduro aux élections présidentielles de dimanche dernier.

Après s’être entretenu au siège de la Chancellerie avec les observateurs internationaux ayant assisté aux élections à la présidence du pays et aux conseils législatifs, Arreaza a déclaré que la politique coercitive de Washington n’impressionne pas le peuple vénézuélien qui défend sa souveraineté et le système démocratique.

Arreaza a confirmé que le président Donald Trump avait pris de nouvelles sanctions contre la dette publique et les bons vénézuéliens, essayant ainsi de limiter la capacité de l’Exécutif bolivarien de liquider ses actifs sur le territoire étatsunien.

Le Ministre des Affaires Etrangères accuse les Etats-Unis de vouloir imposer de nouvelles mesures illégales en violation avec  le droit international afin de tordre le bras au peuple du Venezuela.

Il a également mis en évidence la nécessité de consolider l’unité avec les autres pays souverains et indépendants afin de mettre en échec les ingérences de l’administration Trump.

En effet, Trump a aujourd’hui signé un ordre exécutoire interdisant certaines transactions avec le Venezuela, telles que l’achat de la dette publique vénézuélienne, un jour à peine après la victoire électorale de Nicolas Maduro.

Cette mesure empêche tout citoyen ou entité nord-américains de se porter acquéreur de n’importe quel type de dette vénézuélienne, y compris les comptes à percevoir.

De plus, dès que cette mesure entrera en vigueur, sont interdits l’achat de toute dette promise comme garantie, ainsi que la vente, transfert ou assignation à participation au capital de toute institution dans laquelle le Gouvernement vénézuélien possède 50 ou plus de 50 pour cent des actions.

peo/jcm/wup

EN CONTINU
notes connexes