mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le nouveau président colombien va durcir les conditions du dialogue de paix

Bogotá, 10 août (Prensa Latina) Dans son discours d’investiture, le président colombien, Iván Duque, a annoncé qu’il allait durcir les conditions concernant les dialogues de paix avec l’Armée de Libération Nationale (ELN) qui se tiennent en ce moment à La Havane.

Nous voulons progresser et, pour ce faire, nous devons affirmer haut et clair que le peuple de Colombie ne tolérera pas que la violence soient reconnue comme un moyen légitime pour faire pression sur l’État, a déclaré Duque dans le résumé qu’il a fait de l’évolution du processus de paix depuis qu’il a pris la charge des affaires, il y a 30 jours.

Il a précisé qu’il allait proposer au Sénat une série de mesures afin d’encourager les citoyens à dénoncer les actes de corruption et que les responsables de tels délits soient punis conformément à la loi.

Cette initiative sera accompagnée de sanctions plus sévères contre les entreprises, les patrons et les gestionnaires qui tentent de corrompre les fonctionnaires publics. Dans de tels cas, tout accès aux marchés de l’État leur sera interdit.

Cette proposition s’ajoute à la Consultation Anti-Corruption prévue  pour le 26 août prochain et inclut d’autres mesures comme la réduction de salaire pour les membres du Congrès et les employés de l’État gagnant plus de 25 fois le salaire minimum en vigueur.

D’autre part, le président colombien a annoncé la mise en marche d’un programme de réactivation économique qui favorisera le système de développement productif basé sur l’investissement. Comme il l’avait déjà annoncé avant son arrivée à la Casa de Nariño (le siège du gouvernement), cette mesure est, à son avis, le plus grand défi qu’il aura à affronter.

L’investiture de Duque comme président de la Colombie a eu lieu ce mardi au milieu de manifestations dans plusieurs villes du pays en faveur de la justice, de la démocratie et de la vie. Iván  Duque sera à la tête du pays de 2018 à 2022.

Des mobilisations populaires à Bogotà, Cali, Medellin et Cartagena ainsi que sur les réseaux sociaux  sous des sigles tels que #E17PorLaVida ont fait savoir leur condamnation des assassinats répétés et des menaces dont sont victimes les dirigeants sociaux et les défenseurs des droits de l’Homme.

Ces initiatives pacifiques ont été organisées par le parti politique Colombie Humaine, dont le leader, Gustavo Petro, a perdu les le second tour de l’élection présidentielle remportée par Iván  Duque.

peo/jf/Mr

EN CONTINU
notes connexes