dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela présente de nouvelles preuves concernant la tentative d’assassinat du Président Maduro

Caracas, 11 août  (Prensa Latina). Le vice-président sectoriel de la Communication du Venezuela, Jorge Rodriguez, a aujourd’hui fait savoir que les enquêtes menées sur la tentative d’assassinat du président Nicolas Maduro ont confirmé la complicité de l’ancien député de l’Assemblée Nationale du Venezuela, Juan Requessens.

Dans sa conférence de presse, Jorge Rodriguez, qui est aussi ministre de la Communication et de l’Information, a indiqué que  » les auteurs matériels et intellectuels de cet horrible crime ont été démasqués » et que « les preuves établies contre eux sont entièrement établies ».

Rodriguez a présenté des vidéos dans lesquelles Juan Requessens, ancien député pour le parti « Justice d’Abord » (dont il ne respecte pas, à l’évidence, l’idéologie) assure qu’un autre ancien parlementaire vénézuélien, Juan Borges, est l’un des auteurs intellectuels de l’attentat contre Maduro et le haut commandement militaire du pays.

« Borges a contacté Requessens. Il lui a demandé d’envoyer un SMS à Juan Monasterio, le coordinateur de cette opération terroriste, pour qu’il l’aide à traverser la frontière entre la Colombie et le Venezuela  afin de fournir les armes nécessaires  à la réalisation de cet acte crimimel », a expliqué Rodriguez.

Rodriguez est revenu sur le fait que  » la planification, la logistique et le financement ont été pleinement établis; tout comme la résidence en Colombie et aux États-Unis des auteurs matériels et intellectuels de l’attentat ».

Il a également fait savoir que les autorités vénézuéliennes ont lancé un Code Rouge pour la capture de toutes les personnes impliquées qui se trouvent à l’étranger.

Il a aussi demandé aux médias internationaux d’éviter l’expression « attentat supposé » lorsqu’ils se réfèrent à une tentative d’assassinat motivée par une irrépressible frustration.

« Si de tels faits s’étaient produits aux États-Unis, comment aurait réagi CNN, ou Telemundo s’ils s’étaient passés au Mexique, où l’AFP s’ils avaient eu lieu en France? », a demandé le ministre aux journalistes dans un effort pour que l’opinion publique internationale reconnaisse la réalité des faits qui se sont produits.

Finalement, Rodriguez a estimé que  » les opposants ont essayé de diviser les Forces Armées Nationales Bolivariennes mais se sont heurté à l’unité monolithique d’un peuple et de son armées groupés autour de sa Constitution et de son commandant en chef, Nicola Maduro.

ga/odf

EN CONTINU
notes connexes