samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Mesures des Etats-Unis contre Téhéran et départ de Total de l’Iran

Téhéran, 23 août (Prensa Latina) Les pressions des États-Unis en matière économique et commerciale ont eu une influence sur la  décision prise par la compagnie pétrolière française d’arrêter ses opérations en Iran, a-t-on appris aujourd’hui.

Le ministre iranien du pétrole, Biyan Namdar Zangane, a  annoncé lundi que Total abandonnait officiellement le pays.

Cette décision est due à la décision prise par Washington d’imposer des sanctions en représailles contre toute entreprise ayant des échanges commerciaux avec la République Islamique.

La déclaration du ministre annonçant que Total abandonnait officiellement son contrat de développement de la phase 11 de South Pars a été rendue publique par l’agence d’information Sana.

Le ministre a également déclaré que la compagnie française avait annoncé qu’elle abandonnerait ce contrat  il y a deux mois.

Il a aussi annoncé  que des démarches étaient en cours pour remplacer Total par une autre entreprise.

En juillet 2017, Total avait signé  un accord avec Petropers, filiale de la Compagnie Nationale Iranienne de Pétrole (NIOC), qui prenait en charge 19,9 pour cent du projet alors que la Corporation Nationale de Pétrole de Chine (CNPC) prenait en charge les 30 pour cent qui restaient.

Cet accord concernait le développement de la phase 11, la dernière section restante du gisement d’hydrocarbure de South Pars, le plus grand gisement de gaz de la planète.

Zangané n’a pas manqué de remarquer que si Total se retire du projet, il sera remplacé par la compagnie chinoise qui portera sa participation de 30 pour cent  à plus de 80 pour cent.

peo/mem/rfc

EN CONTINU
notes connexes