lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Selon Celso Amorim, ignorer la décision de l´ONU au sujet de Lula nuit à la crédibilité du Brésil

Brasilia, 24 août (Prensa Latina) Le probable outrage à l´exigence du Comité des Droits de l´Homme de l´ONU de garantir la participation de l´ex-président Luiz Inacio Lula da Silva lors des prochaines élections menace aujourd´hui la crédibilité du Brésil.

L´ancien chancelier brésilien Celso Amorim a averti que « ne pas respecter la directive, de nature obligatoire, d´une entité internationale mettra notre pays en marge du droit international, la même position autrefois occupée par des pays comme l’Afrique du Sud au temps de l´apartheid ».

« Cela nuira non seulement à « l´image » du Brésil (une obsession de nos élites), mais également à la crédibilité du pays en tant que membre de la communauté des nations civilisées », a fait remarquer le diplomate dans un article publié mardi dernier.

Amorim a rappelé que la juridiction du Comité des Droits de l´Homme de l´ONU a été volontairement acceptée par l´État brésilien en ratifiant le protocole facultatif sur les Droits Civils et Politiques en 2009.

« Vendredi dernier, cet organisme international a, par le biais d´une mesure, établi que Lula, prisonnier politique depuis plus de 138 jours, doit avoir ses droits politiques garantis, y compris ceux concernant sa candidature présidentielle, et ce jusqu´à ce que tous les recours de révision contre sa condamnation en attente soient complétés par un processus juste », a-t-il souligné.

Cependant, le ministre de la Justice Torquato Jardim, tout comme le Ministère des Relations Extérieures ont assumé leur posture à l´encontre du mandat de l´organisation internationale.

Jardim a considéré que l´ONU se mêle abusivement des affaires internes du Brésil, puis a estimé que la décision du dit Comité n´a aucune valeur juridique.

Alors que dans une note officielle, le Palais d´Itamaraty a pour sa part soutenu que « les conclusions du Comité ont caractère de recommandations et n´ont pas d´effet juridique ».

Y compris le ministre du Tribunal Suprême Fédéral (STF), Alexandre de Moraes, nommé à ce poste par le président non-élu Michel Temer, a exprimé que « la décision du Comité des Nations Unies n´a aucune valeur juridique ».

Pour leur part, les avocats de Lula ont réfuté la possibilité que l´État brésilien esquive la décision du Comité de l´ONU concernant son droit à être candidat présidentiel.

« Il est impensable, et incompatible avec la bonne foi, de manquer à cette résolution alors que le Brésil a confirmé en 2009 son engagement quant au respect des décisions de cet organisme international », ont précisé les avocats Cristiano Zanin Martins et Valeska Teixeira Zanin Martins.

peo/tgj/mpm/cvl

EN CONTINU
notes connexes