lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela dénonce une guerre médiatique opérée par le biais de fausses informations

Caracas, 4 octobre (Prensa Latina) Le vice-chancelier William Castillo a affirmé que « la circulation de fausses informations a déclenché une guerre médiatique à l´encontre du Venezuela, puis a contribué à l´augmentation d´actes et d´expressions de xénophobie envers des citoyens de ce pays dans des nations comme la Colombie, et le Pérou ».

Castillo a signalé que « la politique d´information de diverses entreprises de communications s´est concentrée sur la distorsion de la réalité au sujet de la conjoncture migratoire, ce qui nuit aux vénézuéliens qui résident dans des pays comme le la Colombie, l´Équateur et le Pérou ».

Dans le but de démonter la campagne des médias de communications internationaux, s´est tenue ce mercredi au siège principal du Ministère des Relations Extérieures de cette capitale la conférence Médias : vérités et mensonges dans la guerre médiatique contre le Venezuela.

Le vice-ministre a expliqué qu´une étude présentielle réalisée par l´Organisation Internationale des Migrations (OIM) a révélé plus d´entrées d´étrangers provenant d´Argentine, du Brésil, du Chili, de la République Dominicaine, de la Colombie et du Pérou au Venezuela, que de vénézuéliens vers ces nations.

En de nombreuses occasions, les autorités de Caracas ont dénoncé la campagne politique, diplomatique et médiatique encouragée contre ce pays, en particulier en ce qui concerne le thème migratoire, et ce dans le but de créer une affaire de type crise humanitaire pour justifier une intervention étrangère.

Le Gouvernement du Venezuela a activé le plan Retour à la Patrie dans l´objectif de faciliter le rapatriement de milliers de concitoyens vulnérables dans des nations d´accueil comme la Colombie, l´Équateur, le Pérou, le Brésil, et l´Argentine, entre autres.

D´autre part, le Ministère des Relations Extérieures à également rejeté les déclarations de l´ambassadeur des États-Unis en Colombie, Kevin Whitaker, pour justifier une intervention dans cette nation sud-américaine.

Le vice-ministre pour l´Amérique du Nord, Carlos Ron, a remis une note de protestation au chargé d´affaires étasunien à Caracas, James Story, en faisant référence aux déclarations de son collègue diplomate en Colombie lors d´une discussion au sujet de la migration de vénézuéliens.

Par le biais de son compte Twitter, la chancellerie a assuré que les propos de Whitaker « tentent de nuire à la volonté souveraine du peuple du Venezuela ».

Le 2 octobre dernier, le représentant nord-américain à Bogota a de nouveau évoqué cette migration en la qualifiant de motif pour exécuter une intervention sur le territoire national.

« Nous utiliserons tout le poids du pouvoir diplomatique et économique étasunien, en coordination avec des amis et des alliés, pour aider à créer les conditions favorables à la réactivation de la démocratie vénézuélienne », a manifesté Whitaker lors d´un forum organisé à l´Université de Rosario.

L´ambassade du Venezuela en Colombie a également rejeté ces déclarations par le biais d´un communiqué publié hier.

« Le Venezuela dénonce une nouvelle fois les tentatives du Gouvernement des États-Unis d´Amérique de porter atteinte à la volonté souveraine du peuple vénézuélien et d´entreprendre des actions hostiles et unilatérales à l´encontre du gouvernement légitime et constitutionnel de Nicolas Maduro », est-il signalé dans la note officielle.

« Les déclarations de Whitaker mettent en évidence l´intérêt des États-Unis à « changer le régime » dans la nation, action semblable aux interventions de Washington dans des pays du Moyen-Orient », y est-il souligné.

« On ne peut pas appeler l´interventionnisme de l´aide humanitaire, on ne peut pas appeler des mesures coercitives unilatérales de la diplomatie, on ne peut pas appeler démocratie l´imposition d´un projet politique rejeté à maintes reprises par les votes démocratiques des vénézuéliens », réaffirme le communiqué.

peo/agp/wup/mgt/ebr

EN CONTINU
notes connexes