dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Paul Biya réélu au Cameroun avec une abstention record

Yaoundé, 22 octobre (Prensa Latina) Le Conseil Constitutionnel (CC) camerounais a aujourd´hui confirmé la victoire du président Paul Biya lors du scrutin du 7 octobre dernier, ce qui lui assure son septième mandat aux commandes du pays.

Biya tient les rênes du Cameroun depuis 1982, il a résisté à diverses tourmentes politiques et, depuis octobre 2017, il fait face à un conflit armé avec la communauté anglophone établie dans les régions du nord-est et sud-ouest du pays, où il a également été déclaré vainqueur.

Le CC a rejeté toutes les demandes légales d´annulation du scrutin, puis a déclaré les élections « libres, justes et crédibles malgré les problèmes de sécurité dans les régions habitées par la population de langue anglaise ».

Selon le rapport de l´entité électorale, Biya a obtenu 71 pour cent des suffrages valides, à une distance quasi sidérale des 14 pour cent enregistrés par son plus proche rival, Maurice Kanto.

Kanto a donc obtenu 14 pour cent des votes, et ce lors d´élections marquées par l´abstention puisque moins de 54 pour cent des électeurs enregistrés se sont présentés aux urnes.

L´annonce officielle des résultats s´est précédée d´une forte mobilisation de policiers et soldats armés qui, aux visages fermés et sévères, contrôlent les principales artères de cette capitale et d´autre villes de l´intérieur du pays, en particulier dans les régions du nord-est et sud-ouest, bastions des sécessionnistes anglophones.

Excepté dans une province, celle de la Région du Littoral, dans laquelle son rival Maurice Kanto l´a devancé de moins d´un point, Biya largement dépassé ses adversaires, y compris dans les régions anglophones où les leaders informels ont proclamé il y a un an une république séparatiste qui n´est reconnue ni sur le continent, ni au niveau international.

Depuis lors, le Gouvernement central, de majorité francophone, fait face à une milice armée anglophone dans une guerre sourde qui a causé la mort de centaines de civils et militaires, ainsi que le déplacement de dizaines de milliers de personnes vers des pays voisins ou d´autres régions du pays.

peo/oda/msl

EN CONTINU
notes connexes