lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Pompeo reconnait que les sanctions contre le Venezuela nuisent à la population

Caracas, 23 octobre (Prensa Latina) Le chancelier de la République Bolivarienne, Jorge Arreaza, a dénoncé le fait que le secrétaire d´État des États-Unis, Mike Pompeo, reconnait que la campagne de pression à l´encontre de l´Exécutif vénézuélien affecte aujourd´hui la population de ce pays.

Lors d´un entretien réalisé à Mexico vendredi dernier par Greta Van Susteren, de Voice of América (La Voix de l´Amérique), le second mandataire étasunien a reconnu « l´impact adverse sur le peuple du Venezuela » des mesures imposées par la nation nord-américaine.

Pompeo le reconnait: « ils ont vu les sanctions que nous avons mis en place non seulement contre le pays, qui en certaines occasions ont un impacte adverse sur le peuple du Venezuela, mais également contre le leadership vénézuélien ».

Dans ses déclarations, le vice-président étasunien a également reconnu la collaboration de Washington avec les mouvements d´opposition qui cherchent à obtenir le départ de Nicolas Maduro de la présidence et prétendent en finir avec la Révolution bolivarienne.

En plus des sanctions à l´encontre du Venezuela, d´autres sujets ont été abordés durant l´entretien comme la migration et la caravane de centre-américains, la visite du fonctionnaire au Panama, ou encore les relations avec le Moyen-Orient et l´Asie.

Au mois de septembre dernier, lors de sa participation à la 39ème session du Conseil des Droits de l´Homme de l´ONU, à Genève, en Suisse, le ministre des Relations Extérieures vénézuélien avait exigé à l´organisme international de condamner l´embargo que maintiennent de grandes puissances contre son pays.

Arreaza avait signalé que les sanctions de l´Union Européenne et des États-Unis avaient provoqué la dévaluation des titres du pays sud-américain aux mains de l´entreprise de service financier Crédit Suisse pour près de 265 milliards de dollars.

Puis il avait également dénoncé le fait qu´un milliard 600 millions de dollars avaient été bloqués par Euroclear, système de compensation et de liquidation de valeurs, dans le but de provoquer des situations internes d´instabilité politique, économique et social.

peo/mv/ebr

EN CONTINU
notes connexes