lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Révélations au Brésil sur les liens entre Bolsonaro et le sénateur Marc Rubio

Brasilia, 27 octobre (Prensa Latina). Les liens et les affinités entre le candidat présidentiel d’extrême-droite brésilien Jair Bolsonaro (PSL) et le sénateur nord-américain Marc Rubio ont été révélés au Brésil dans un article publié par la revue Carta Capital.

Course aux armements, sionisme et une haine viscérale envers le gouvernement de Nicolas Maduro, au Venezuela, sont certains des points communs entre ces deux personnages qui, selon les informations obtenues par le journal, se sont rencontrés en mars dernier en Floride, où ils se sont entretenus pendant quatre heures sans que, à la demande de Marc Rubio, aucune photo de la rencontre ni aucun commentaire ne soient rendus publics.

Plus récemment, en août dernier, l’un des fils de Bolsonaro, Eduardo, s’est déplacé aux États-Unis pour s’entretenir avec les conseillers de Rubio et avec le principal stratège de la campagne électorale de Donald Trump, qui s’est terminée par la victoire du candidat républicain en 2016.

En outre, Waldir Ferraz, l’un des hommes de confiance de l’ancien capitaine de l’Armée brésilienne, se serait fréquemment rendu à Miami pour y recevoir de l’argent et des instructions du sénateur Rubio qui, selon le journaliste et philosophe mexicain Luis Alberto Rodriguez « finance et soutient les aspirations du candidat à la présidence du Brésil ».

Le reportage de Carta Capital souligne également le fait qu’en 2010, alors que Rubio se présentait aux élections sénatoriales, celui-ci reçu le soutien de l’ « Asociación Nacional del Rifle » (l’Association Nationale des Armes à Feu) dont l’intérêt était de lever toute restriction sur la vente des armes, ce qui demeure toujours l’un des objectifs de Jair Bolsonaro au Brésil.

Rubio diabolise aussi le Venezuela, comme le fait le candidat de l’extrême-droite brésilienne, et il souhaite une intervention militaire, raison pour laquelle « il ne faudrait pas écarter une guerre sous un gouvernement Bolsonaro ».

Un autre point commun entre les deux hommes est leur affinité avec Israël: le sénateur républicain est l’un des lobbyistes principaux du pro-sionisme au Congrès des États-Unis, position dont il tire profit puisque l’un de ses plus grands soutiens et donateurs se trouve être l’ancien président de la Fédération Judaïque du Grand Miami, le multimillionnaire Norman Braman.

Au cours de la campagne présidentielle de 2102, Rubio a également reçu plus de 100 millions de dollars de Sheldon Adelson,  le magna des casinos de Las Vegas qui, d’après « une autorité du gouvernement » de Michel Temer « collabore également avec les organisateurs de la campagne électorale de Bolsonaro grâce à l’intermédiaire de chefs d’entreprises judéo-brésiliens ».

L’article de Carta Capital rappelle que le candidat d´extrême-droite du PSL, qui se rendit en Israël en 2016 pour être baptisé dans le Jourdain, a soutenu la décision de Trump de transférer à Jérusalem l’ambassade nord-américaine et est même allé jusqu’à promettre que, s’il était élu, il expulserait de Brasilia la mission diplomatique palestinienne.

Jair Bolsonaro, qui se présentera dimanche prochain au second tour des élections pour la présidence du Brésil, aura en face de lui Fernando  Haddad, le candidat de la coalition « El Pueblo Feliz de Nuevo » et du Parti des Travailleurs (PT). Pour le moment, les sondages donnent à Bolsonaro une avance d’au moins 13 points.

peo/mv/mpm

EN CONTINU
notes connexes