jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La campagne médiatique au sujet de la migration en Amérique Latine répond à des intérêts politiques

Caracas, 31 octobre (Prensa Latina) Le spécialiste vénézuélien en Système d´Intégration Régionale, Francisco Gonzalez, a assuré que le traitement médiatique de l´exode massif de migrants centre-américains considérée comme une « caravane », alors que les vénézuéliens émigrant sont eux catalogués de « réfugiés », répond à des intérêts politiques de la droite.

Invité du programme Al Aire, de Venezolana de Television, l´analyste a précisé, qu´en réalisant des études détaillées des médias internationaux, la négation des principales causes de l´émigration provoquée par les politiques néolibérales et répressives est évidente.

« Si l´on examine les médias de communications, nous observons que la migration en Amérique Centrale est décrite comme une espèce de « caravane ». Une caravane est souvent un type de cirque, de divertissement, alors que le phénomène n´a aucune de ces caractéristiques. Il s´agit d´un exode de personnes qui fuient une situation complexe dans leurs pays », a assuré Gonzalez.

Il également signalé que l´une des principales raisons de la migration au Honduras sont les mesures coercitives mises en places par son Gouvernement, en accord avec les feuilles de route et objectifs des États-Unis, ainsi que des transnationales.

Gonzalez a ensuite allégué que cet exode répond de plus à la répression d´État qui a lieu par le biais des bandes armées, connues comme les Maras, et qui fonctionnent à l´intérieur de l´establishment.

« En comparaison avec la migration hondurienne, laquelle est « adoucie », ou voir même passée sous silence par de nombreux organismes internationaux, les vénézuéliens qui ont décidé d´émigrer pour des raisons économiques sont quant à eux considérés comme des « réfugiés politiques »; et ce dans l´intention d´encourager une opinion et provoquer des conditions qui soient propices à une intervention », a conclu le spécialiste.

Par ailleurs, le Venezuela a reçu hier 250 concitoyens provenant de Boa Vista, au Brésil. Ces derniers ont bénéficié du programme gouvernemental Plan Vuelta a la Patria (Plan de Retour à la Patrie).

« Fatigués par la xénophobie et la violence qui existe à l´encontre des vénézuéliens au Brésil, en raison de la campagne médiatique contre notre pays et les migrants, 250 compatriotes sont aujourd´hui revenus en provenance de Boa Vista dans le cadre du Plan Vuelta a la Patria », a précisé le Ministère des Relations Extérieures.

Par le biais d´un message sur le réseau social Twitter, la chancellerie de la République a signalé que six mille 663 vénézuéliens sont jusqu´à l´heure revenus par la voie terrestre en provenance de cette nation voisine.

Activée en août dernier, l´initiative gouvernementale de rapatriement a jusqu´à aujourd´hui facilité le retour de neuf mille 98 vénézuéliens qui avaient émigré vers d´autres États latino-américains dans le but d´élever leur niveau de vie.

peo/mgt/odf/mgt/odf

EN CONTINU
notes connexes