mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie déplore l´adoption d´une résolution antirusse à l´ONU

Moscou, 19 décembre (Prensa Latina) La Russie a déploré hier l´adoption d´une résolution « antirusse » par l´Assemblée Générale de l´ONU, présentée par l´Ukraine et soutenue, en particulier, par l´Occident pour dénoncer une « militarisation » de la Crimée et de la mer Noir.

Suite aux mesures appliquées par Moscou en réponse aux menaces d´agressions de Kiev en Crimée, et à une provocation de l´Armée ukrainienne près du détroit de Kerch, le pays voisin a présenté le renfort de la protection russe comme une militarisation de la péninsule.

L´Ukraine n´a jamais reconnu les résultats du référendum réalisé en mars 2014, un mois après le coup d´État à Kiev, et lors duquel la grande majorité de la population de Crimée s´est prononcée en faveur de la souveraineté et au retour à la juridiction russe.

La télévision moscovite a estimé que c´est pour cette raison que la dite résolution fait référence à la militarisation d´une partie du territoire ukrainien, selon la vision de Kiev et de l´Occident. En ce qui concerne ce vote, 66 pays se sont prononcés en faveur de la résolution, 19 s´y sont opposés et 72 se sont abstenus.

Selon des analystes, un groupe d´États, surtout de l´Organisation du Traité de l´Atlantique Nord (OTAN) et de l´Union Européenne (UE), encouragent ainsi de nouveaux crimes et de nouvelles provocations du gouvernement ukrainien, dans le but de satisfaire des ambitions politiques de l´Occident.

Le vice-chef de la représentation russe à l´ONU, Dmitri Palianski, s´est ainsi exprimé en commentant la résolution dans laquelle est évoqué l´envoi de systèmes de défense anti-aériens, de drones et d´avions de combat de la part de la Russie en Crimée.

Moscou affirme que les armements font partie de la défense de son territoire, après avoir éclairé le fait que la population de Crimée a exercé son droit constitutionnel en organisant un plébiscite destiné à déterminer son statut, et ce sans aucun type de violence.

La veille, le propre ministre russe des Affaires Extérieures, Serguei Lavrov, a dénoncé le fait que l´Ukraine prépare une autre provocation à la frontière avec la Crimée, pour ensuite la faire passer pour une agression russe et ainsi justifier des actions belliqueuses.

Lavrov a cependant répondu que les forces ukrainiennes recevraient dans ce cas une réponse contendante de la Russie.

peo/tgj/to

EN CONTINU
notes connexes