mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le chancelier vénézuélien annonce une tentative de coup d´État dans le pays

Nations Unies, 17 janvier (Prensa Latin) Le chancelier vénézuélien, Jorge Arreaza, a considéré hier à l´ONU qu´une nouvelle tentative de coup d´État est en marche dans son pays, et dont est en grande partie responsable le gouvernement des États-Unis.

« En Amérique Latine, il n´est pas facile de promouvoir un agenda social et de donner le pouvoir au peuple, et ces dernières années le Venezuela fait face à la permanente intromission de Washington dans ses affaires internes », a-t-il dénoncé.

« L´administration étasunienne cherche à provoquer un changement de régime par des voies non institutionnelles, cela se voit dans des expériences antérieures comme le coup d´État de 2002 ou les actions de violence terroriste de 2014 », a-t-il détaillé à la presse réunie au siège de l´ONU à New-York.

Arreaza a commenté la réunion qu´il a eu ce mercredi avec le secrétaire général de l´ONU, Antonio Guterres, signalant que diplomate portugais lui a assuré qu´il appartient aux seuls vénézuéliens de résoudre les affaires internes de leur pays.

« La souveraineté du Venezuela est dans les mains du peuple, et aucune puissance étrangère ne pourra changer cela », a-t-il souligné.

Puis il a dénoncé le fait que « le président des États-Unis, Donald Trump, entreprend une série d´actions concrètes contre le peuple vénézuélien, qui souffre en ce moment d´un blocus économique semblable à celui que vit Cuba ».

« Nombreux sont ceux qui ne veulent plus négocier avec mon pays par peur des sanctions de Washington, et il est difficile de fournir les biens nécessaires à la population en raison des limitations imposées depuis l´étranger », a expliqué le chancelier.

Puis il a rejeté les déclarations d´ingérence du secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo, qui promeut l´instabilité et tente de discréditer le président Nicolas Maduro.

« Qualifier le gouvernement de Caracas de dictature est une insulte au peuple vénézuélien, qui a déjà exprimé son opinion lors des récentes élections », a-t-il estimé en référence aux campagnes médiatiques créées depuis l´Occident.

Le diplomate a également rappelé que les missions encouragées par le gouvernement socialiste ont démocratisé l´accès à la santé, au logement et à l´éducation.

Arreaza a appelé à éviter la résurgence du fascisme et a convoqué à renforcer le multilatéralisme face à tant d´attaques et actions unilatérales, dont un grand nombre sont en Amérique Latine destinées à rompre les processus d´intégration.

peo/acl/ifb

EN CONTINU
notes connexes