mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le passé criminel de l´envoyé de Trump pour le Venezuela est dénoncé

Washington, 15 février (Prensa Latina) La presse rapporte aujourd´hui que la législatrice étasunienne Ilhan Omar a accusé le diplomate Elliott Abrams de soutenir les massacres de l´Armée durant la guerre civile au Salvador, puis a questionné ses témoignages au sujet du Venezuela.

Lors d´une audience avant-hier devant le Comité des Relations Extérieures de la Chambre des représentants, Omar a accusé l´envoyé spécial du mandataire Donald Trump pour le Venezuela de ne pas condamner, et même de soutenir, les violations commises dans le pays centre-américain lors des années 80 du siècle dernier.

« En 1991, vous vous êtes déclaré coupable de deux charges retenues contre vous pour rétention d´information au Congrès concernant votre participation au scandale Iran-Contras; même si vous avez ensuite était gracié par le président Georges Bush », a signalé Omar en s´adressant à Abrams.

« Je ne comprend pas pourquoi les membres de ce comité ou le peuple étasunien doivent espérer que tout témoignage que vous apportiez aujourd´hui (au sujet du Venezuela) soit sincère », a-t-elle exprimée.

Face aux allégations d´Abrams, la législatrice a nié le fait qu´il s´agisse d´une attaque personnelle et a souligné que Donald Trump est en train d´étudier une intervention avec des troupes étasuniennes dans le pays sud-américain, raison pour laquelle « il est raisonnable de se demander si vous avez appris des actions cruelles et illégales adoptées lors du mandat de Ronald Reagan ».

« Soutiendriez-vous une faction armée à l´intérieur du Venezuela qui soit impliquée dans des crimes de guerre, des crimes de lèse humanité ou un génocide si vous pensiez qu´elle servait les intérêts des États-Unis, comme vous l´avez fait au Salvador, au Nicaragua et au Guatemala? », a questionné la législatrice.

« Je ne vais pas répondre à cette question. Je n´ai pas l´impression que cet interrogatoire prétende obtenir d´authentiques réponses donc je ne répondrai pas », a manifesté Abrams en suivant.

La représentante a rappelé que le 8 février 1982, Abrams, alors secrétaire d´État adjoint au Droits de l´Homme, avait témoigné devant la Commission des Relations Extérieures du Sénat au sujet de la politique de Washington au Salvador. « Lors de cette audience vous aviez rejeté les rapports concernant le massacre d´El Mozote, lors duquel plus de 800 civils, y compris des enfants âgés de deux ans, ont été brutalement assassinés par des troupes entrainées par les États-Unis », a-t-elle précisé.

« Des années plus tard, vous avez considéré que la politique de notre Gouvernement au Salvador avait était un fabuleux succès. Vous le pensez toujours? », a demandé Omar.

peo/mgt/rob

EN CONTINU
notes connexes