mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis réitèrent leur menace militaire contre le Venezuela

Bogotá, 25 février (Prensa Latina) Même si les gouvernements du Groupe de Lima ont pris leur distance quant à une invasion militaire au Venezuela, le vice-président des États-Unis, Mike Pence, a de nouveau signalé aujourd´hui que « toutes les options sont sur la table ».

Pence a demandé aux pays du Groupe de Lima, réunis dans cette capitale, de renforcer le blocus financier contre le gouvernement légitime de Nicolas Maduro et a promis une aide additionnelle de 56 millions de dollars en ce sens pour ses alliés.

Le discours guerrier de la Maison Blanche s´est fait clairement ressentir lorsque Pence a averti que « si quelqu´un menace la Colombie » en raison de sa posture au sujet du Venezuela, il affrontera alors la détermination de son pays.

« Tous ceux qui menacent notre ami pour cette position en défense de la démocratie, sachez cela : la Colombie est notre plus important partenaire dans la région et toute menace à sa souveraineté et sécurité fera face à la détermination des États-Unis », a-t-il manifesté.

Pence a non seulement réitéré que les États-Unis maintiennent parmi leurs cartes d´envahir le Venezuela, mais a de nouveau encouragé le coup d´État contre le gouvernement bolivarien, en invitant les forces armées vénézuéliennes à rejoindre l´autoproclamé président en charge du Venezuela, Juan Guaido.

« Aux membres des Forces Armées : vous pouvez accepter l´offre d´amnistie et vivre en paix avec vos familles, mais si vous poursuivez avec Maduro vous devrez à la fin rendre des comptes. Vous ne trouverez aucun refuge sûr, vous perdrez tout », a-t-il souligné.

Le vice-président des États-Unis a ratifié le soutien de Washington aGuaido, considéré par Caracas comme une marionnette au service de l´Empire.

« Nous sommes 100 pour cent avec vous », a exprimé Pence à Guaido lors de la rencontre, après avoir signalé que le président nord-américain Donald Trump l´avait spécialement envoyé à Bogotá pour être avec ses amis et alliés.

peo/acl/tpa

EN CONTINU
notes connexes