mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Syrie dénonce devant l´ONU la présence militaire occidentale sur son territoire

Nations Unies, 1er mars (Prensa Latina) Le représentant permanent de la Syrie devant l´ONU, Bashar Al Jaafari, a dénoncé hier l´ingérence des puissances occidentales dans son pays, où elles maintiennent une présence militaire et entravent le processus politique.

« Devant le Conseil de Sécurité, la France et le Royaume-Uni viennent de faire l´éloge de la décision des États-Unis de maintenir leurs forces d´occupation dans une partie de la Syrie, alors que les résolutions de ce même organisme réaffirment la souveraineté et l´unité territoriale de ma nation », a-t-il signalé comme paradoxe.

« Le peuple syrien est le seul qui a le droit de décider de son futur, et il le fera sans ingérence étrangère », a-t-il assuré au Conseil de Sécurité.

« Pour cela, si l´on veut favoriser un réel processus politique, il faut en terminer avec le terrorisme et mettre fin à la présence étrangère », a-t-il ajouté.

« Certains membres du Conseil de Sécurité parlent de rejets, de refus et de conditions préalables au processus de paix », a expliqué Al Jaafari et a, en ce sens, exprimé sa solidarité et son empathie envers l´envoyé spécial de l´ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, lequel devra affronter ces obstacles.

« De telles opinions insensées et sélectives cherchent à entraver sa mission et à lui imposer une vision politique », a considéré l´ambassadeur.

Puis il a réaffirmé que le Gouvernement de Damas est disposé à collaborer avec Pedersen et l´ONU pour faciliter le dialogue intra-syrien.

« Les parties internationales qui tentent d´imposer des programmes et des conditions préalables sont celles qui retardent la création d´un Comité Constitutionnel et empêchent le processus politique dans mon pays », a-t-il souligné.

Il a également insisté sur le fait que la présence militaire des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni représente une agression à laquelle il faut immédiatement mettre fin.

« Damas refuse les déclarations hostiles de Washington, qui affirme d´ailleurs compter sur une présence militaire réduite, alors que ses effectifs sont maintenus » dans la nation du Levant. « Ces forces d´occupation ont détruit de nombreuses infrastructures civiles et ont affecté la vie des syriens », a-t-il signalé.

« Plus de 100 mille terroristes ont été envoyés en Syrie depuis plusieurs parties du monde, alors que dans le même temps les mesures économiques de coaction ont contribué, et contribuent toujours, à accroitre la souffrance des syriens », a déploré l´ambassadeur.

« Nous avons résisté à huit années d´ingérence étrangère et d´agression terroriste. Maintenant, nous continuons de miser sur le dialogue pour garantir l´indépendance, la souveraineté et l´intégrité territoriale de la Syrie », a exprimé le diplomate.

peo/jf/ifb

EN CONTINU
notes connexes