samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Gaza: « il faut agir contre les violations du droit international par Israël »

Nations Unies, 6 mars (Prensa Latina) La communauté internationale doit agir au plus vite et prendre les mesures nécessaires pour que terminent les violations du droit international par Israël lorsque cet État s’en prend aux manifestants palestiniens aux abords de la frontalière de Gaza, estiment les représentants des Nations Unies.

Le rapport publié par Michael Lynk, expert indépendant des Nations Unies, en vient à cette conclusion après avoir analysé les recommandations de la Commission Indépendante de l’ONU chargée d’enquêter sur les manifestations qui ont eu lieu l’année dernière en territoire palestinien.

Selon cette commission, la majorité des 189 palestiniens tués depuis le 30 mars (date à laquelle ont débuté ces manifestations contre l’occupation de Tel-Aviv, plus connues sous le nom de « La Grande Marche du Retour ») l’ont été par des tirs à balles réelles.

Pour ces raisons, Lynk a appuyé l’appel émis par la Commission pour que « les personnes qui ont ouvert le feu ayant causé la mort de manière illégale, ainsi que celles ayant rédigé et approuvé des ordres de combat qui ont permis l’emploi illégal des armes à feu » soient appelées à rendre compte de leurs actes.

Nous devons garantir la responsabilité légale et en finir avec l’impunité concernant cette utilisation excessive de la force contre des manifestants palestiniens qui sont, en grande partie, pacifiques, a souligné Michael Lynk.

Il a également fait savoir que Tel-Aviv avait été mis en demeure au sujet de ces actions contre les manifestants, actions qui ont été qualifiées de violations graves du droit à la vie et des droits d’association et de manifestations, pourvu que celles-ci soient pacifiques. De plus, il a tenu à souligner que, dans le contexte de cette occupation, le décès de ces manifestants palestiniens a été causés par une utilisation illégale de la force ce qui pourrait constituer un acte d’assassinat intentionnel d’une population sous protection, en violation avec la Quatrième Convention de Genève et probablement un crime de guerre si l’on applique Le Statut de Rome.

Lynk a précisé que, depuis le début de cette année, les forces de sécurité israéliennes ont continué à utiliser des munitions telles que des balles réelles, des balles recouvertes de caoutchouc et des bombes lacrymogènes dans la zone séparant Gaza d’Israël.

À son regret, au cours de ces deux derniers mois, ces actions ont entraîné la mort de cinq mineurs palestiniens.

Étant donnée la proximité du premier anniversaire de La Grande Marche du Retour, Lynk a manifesté son inquiétude face à une possible augmentation de la violence si des mesures fermes et adéquates n’étaient pas prises pour que les membres des forces israéliennes responsables de ces actes soient jugés.

« Continuer à asphyxier Gaza est une tâche sur la conscience du monde et un moyen certain pour obtenir un épanchement de sang encore plus grand », estime le rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, comme on peut le lire sur le site d’information officiel de l’ONU.

Un autre motif de grande inquiétude sur lequel s’est attardé l’expert indépendant des Nations Unies est le blocus imposé par Tel-Aviv et son grave impact sur les conditions de vie dans la bande de Gaza.

Le conflit israélo-palestinien figure parmi les plus longs en date aux Nations Unies. Il remonte presque à la création même de l’Organisation. De plus, la création de l’État de Palestine demeure l’un des thèmes principaux abordés constamment par l’ONU.

Après plus de 50 ans d’occupation israélienne illégale et de la violente répression dont souffre le peuple palestinien, la situation dans la Bande de Gaza et dans les territoires occupés de Cisjordanie devient chaque jour plus difficile pour une population civile dépouillée de ses terres ancestrales et souffrant du manque de produits de base en raison des blocus de Tel-Avi.

peo/agp/ifb

EN CONTINU
notes connexes