vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela confirme être disposé à dialoguer mais sans ingérence étrangère

Caracas, 22 mars (Prensa Latina) Le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, a aujourd’hui précisé que le Gouvernement bolivarien réitérait son offre de dialogue avec les États-Unis sur la base du respect mutuel entre les parties et sans ingérence depuis l’étranger dans les affaires internes du pays.

Au cours d’un échange avec le Groupe de Contact International de l’Union Européenne et de l’Uruguay afin d’analyser les moyens de résoudre par des accords diplomatiques  les problèmes politiques entre le Venezuela et les États-Unis,  Jorge Arreaza a tenu à dénoncer les nouveaux actes d’intimidation en provenance de Washington.

Le ministre des Affaires Étrangères s’est élevé contre le ton de gangster utilisé par les porte-parole de Washington qui continuent à répéter que, « dans le cas du Venezuela, toutes les options sont sur la table ». « En affirmant cela », a continué Jorge Arreaza, « ils mentent! Ils mentent car ni la diplomatie, ni le dialogue, ni le respect du Droit International, ni la Constitution ne sont sur la table ».

Le ministre a fait cette déclaration peu d’heures après que le conseiller à la Sécurité  Nationale des États-Unis, John Bolton, ait menacé d’employer la force militaires pour protéger « de la violence et de l’intimidation » les citoyens nord-américains qui se trouvent au Venezuela.

« Le président Trump a été très clair à ce sujet en maintes occasions; il a répété que toutes les options étaient sur la table. Je crois qu’il est temps que les gens le comprennent et prennent au sérieux ses  paroles », a déclaré Bolton à Breitbart News Daily ce jeudi.

En raison de cette situation, au cours des rencontres de haut niveau qui se sont tenues cette semaine entre les autorités vénézuéliennes et les représentants du Groupe de Contact, Caracas a insisté sur la nécessité d’en finir avec le blocus politique et économique que la Maison Blanche impose au pays.

« Les mesures coercitives unilatérales adoptées par l’administration du président Trump portent atteinte aux principes les plus fondamentaux du Droit International et de la Charte des Nations Unies (ONU) », a affirmé le vice-chancelier pour les Affaires Européennes, Yván Gil.

Les représentants vénézuéliens ont confirmé l’attitude de Caracas: le Venezuela est disposé à accepter la médiation du Groupe de Contact entre les États-Unis et le Venezuela afin de trouver une méthode de concertation permettant de résoudre les problèmes qui se posent.

Ce Groupe de Contact International a vu le jour en Uruguay le 7 février dernier. Son objectif est  de trouver une solution à la crise politique que vit le Venezuela.

À la fin du mois de février, Arreaza avait déjà rencontré une délégation du groupe. Il avait insisté sur la nécessité de parvenir à un échange entre le Venezuela et les États-Unis, sans aucune condition préalable et sans  ingérence de l’extérieur, afin que les deux parties puissent amorcer un dialogue capable de préserver  la paix et de permettre au Venezuela de se récupérer économiquement.

Peo/mv/odf

EN CONTINU
notes connexes