vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´ex-président Temer accusé d´être à la tête d´une organisation criminelle au Brésil

Brasilia, 22 mars (Prensa latina) Selon une enquête de l´opération anticorruption Lava Jato, l´ancien président brésilien Michel Temer, détenu hier à Sao Paulo, est le chef d´une organisation criminelle qui agit depuis 40 ans à Rio de Janeiro.

« Michel Temer est le leader de l´organisation criminelle à laquelle j´ai fait référence, et le principal responsable des actes de corruptions ici décrits », a affirmé le juge Marcelo Bretas lors de l´instruction.

Temer a été arrêté par des agents fédéraux de Rio de Janeiro. L´ancien ministre des Mines et de l´Énergie, Moreira franco, allié de Temer, a également été détenu lors de l´opération.

La détention de l´ancien chef d´État est préventive, et a été basée sur la déclaration José Antunes Sobrinho, propriétaire de l´entreprise Engevix.

L´entrepreneur a révélé à la Police Fédérale avoir payé un million de dollars, sur demande du colonel Jao Baptista Lima Filho (ami de Temer), à l´ancien ministre Moreira franco, et que Temer avait connaissance de ces faits.

Selon l´enquête, concernant des crimes de corruption et de blanchiment d´argent, les paiements illicites d´Antunes Sobrinho étaient destinés au groupe criminel dont Temer est à la tête.

L´investigation signale également que l´organisation criminelle a pratiqué divers délits impliquant des organismes publics et des entreprises d´État.

Suite au jugement politique qui a déterminé la destitution de Dilma Rousseff, pour de prétendues anomalies dans les comptes publics, Temer, alors vice-président, avait assumé le plus haut poste de l´Exécutif en 2016.

Lors de sa présidence, il avait fait face à trois plaintes pour corruption, mais le Congrès avait stoppé les enquêtes, renvoyées maintenant à des juges de première instance, l´ancien mandataire ayant perdu ses droits politiques.

peo/mgt/ocs

EN CONTINU
notes connexes