mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie répond quand à la présence actuelle de certains de ses militaires au Venezuela

Moscou, 27 mars (Prensa Latina) « Des spécialistes russes sont arrivés à Caracas dans le plus strict respect de l´ordre constitutionnel vénézuélien et des accords bilatéraux en matière de coopération technico-militaire », a indiqué hier la chancellerie moscovite.

La précision de la porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères, Maria Zajarova, répond aux déclarations tenues la veille par l´Organisation des États Américains (OEA), jugeant dangereuse, et plus, l´arrivée au Venezuela de deux avions et de militaires russes.

« Nous ne sommes nullement surpris par le préjugé politique des déclarations du secrétaire général de l´OEA », a signalé la porte-parole de la chancellerie.

« Cette organisation internationale, dont le Venezuela a renoncé à être membre, accuse la Russie, sans aucune preuve, d´une invasion militaire contre le pays sud-américain et de violation de sa souveraineté », a signalé Zajarova.

« C´est déplorable, mais ce n´est pas la première fois que l´OEA se prononce sur des questions internes des nations de l´organisation », a déclaré la diplomate russe.

« Nous sommes convaincus qu´il n´incombe pas à un organe comme l´OEA le droit de signaler avec qui le Venezuela doit développer sa coopération, et encore moins d´attribuer des qualificatifs au statut de son Gouvernement, qui a le réel pouvoir, à la différence de Juan Guaido (qui s´est autoproclamé président en charge du pays) », a-t-elle affirmé.

La présence des spécialistes russes sur le territoire vénézuélien est régulée par des accords de coopération technico-militaire, signés par les gouvernements de la Russie et du Venezuela en 2001, et ratifiés par les deux pays.

« Pour le fonctionnement de ces accords, aucune régulation ou adoption additionnelle du Parlement vénézuélien n´est nécessaire », a-t-elle précisé.

« De notre côté, nous allons continuer le développement d´une coopération constructive et au bénéfice mutuel, tout autant avec le Venezuela, qui est un partenaire stratégique de la Russie, qu´avec d´autres pays d´Amérique Latine et des Caraïbes », a-t-elle manifesté.

La Russie rejette l´ingérence dans les affaires internes du Venezuela, y compris de la part d´un organe comme l´OEA, dont la direction plaide pour reconnaitre l´autoproclamé « président en charge » Juan Guaido, une figure juridique inexistante dans la Constitution vénézuélienne. Moscou dénonce également la violation de la Charte des Nations Unies de la part des États-Unis en menaçant le pays sud-américain d´une agression militaire.

Quant à la situation économique du pays sud-américain, et en réponse au conseiller pour la Sécurité Nationale de la Maison Blanche, John Bolton, Maria Zajarova a déclaré que : « si une puissance de l´hémisphère occidental (les États-Unis) arrêtait de porter préjudice au Venezuela par des sanctions, et qu´une autre dans la partie orientale (le Royaume-Uni), conjointement à des structures bancaires, évitait de voler des millions au Venezuela, cette nation pourrait acheter des équipements et des médicaments ».

« Le comble du culot: les constructeurs collectifs de la démocratie et défenseurs de l´empire de la loi volent 30 millions de dollars à Caracas et accablent le pays de sanctions; puis ils viennent pour lui donner des vitamines », a ironisé la porte-parole en référence à la stratégie de Washington consistant à confisquer des actifs bancaires du gouvernement du Venezuela, lui appliquer toujours plus de restrictions, pour ensuite se présenter comme l´ « oncle Sam » porteur de l´aide humanitaire.

peo/jf/to

EN CONTINU
notes connexes