samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU analyse une nouvelle fois les tensions au Moyen Orient

Les Nations Unies, 27 mars (Prensa Latina) Le Conseil de Sécurité de l’ONU a aujourd´hui de nouveau analysé la situation au Moyen Orient, après avoir déjà accordé la session de la veille à la tension croissante en territoire palestinien occupé.

Le coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen Orient, Nickolai Mladenov, a demandé aux parties en présence de faire preuve d’un maximum de modération afin d’éviter une escalade de la violence dans la Bande de Gaza qui pourrait entraîner des conséquences catastrophiques.

Lors de son intervention, Mladenov a exigé qu’Israël prenne des mesures immédiates pour retenir la violence contre les civils palestiniens, puis il a demandé, aux palestiniens comme aux israéliens, la plus grande modération pour éviter que la situation actuelle ne devienne incontrôlable.

L’ambassadeur de la Palestine, quant à lui, a dénoncé la campagne  de violence et de terreur exercée  contre le peuple palestinien, campagne qui est utilisée par Tel-Aviv pour gagner des voix lors des élections qui s’annoncent.

D’aucuns considèrent maintenant que « les guerres cycliques à Gaza sont devenues la norme; mail il n’y a rien de normal quand il s’agit d’emprisonner, d’isoler, de terroriser deux millions de personnes pendant plus de dix années », a-t-il déclaré.

« Comme il n’y a rien de normal quand nous parlons de massacres répétés de civils, y compris d’enfants qui ne représentaient aucune menace pour personne, ou de blessures par balle de palestiniens qui manifestaient de manière pacifique », a-t-il ajouté.

« Une fois de plus, nous sommes au bord du précipice. Nous avons peur pour la vie de notre peuple. Alors qu’Israël nous menace et prépare de nouvelles agressions ».

« L’idée que la sécurité des uns s’obtient aux dépens de celle des autres est une idée sans fondement ni légitimité ».

« Le Conseil de Sécurité se doit d’exiger que Tel-Aviv mette fin à sa politique d’agressivité et qu’Israël cesse sur-le-champ d’installer de nouvelles colonies en territoire  palestinien: cela revient à nier la possibilité de créer deux nations indépendantes et détruit toute possibilité d’entente ».

Selon l’ambassadeur de Palestine, il est inconcevable que les 15 membres du Conseil de Sécurité puissent passer outre les conclusions de la Commission Indépendante des Nations Unies chargée d’enquêter sur les manifestations qui se sont déroulées en Territoire palestinien au cours du mois de mars de l’année dernière.

Les conclusions de cette Commission indiquent que l’Armée Israéliennes à utilisé contre les palestiniens des forces létales de manière injustifiée. Et le même rapport signale que les dirigeants palestiniens eux-mêmes condamnent les actes de violence tels que le lancement de roquettes sur des zones occupées par des civils et qu’ils réitèrent leur engagement à rechercher des moyens politiques et légaux pour obtenir que les droits de leur peuple soient respectés afin d’aboutir à une paix durable dans la région.

Après plus de 50 ans d’occupation israélienne illégale et de répression contre le peuple palestinien, la situation à Gaza et en Cisjordanie devient chaque jour plus difficile pour la population civile qui est privée de ses terres ancestrales et souffre du manque de produits de première nécessité en raison des embargos de Tel-Aviv.

La création et la reconnaissance d’un État Palestinien est l’un des plus vieux problèmes  que l’ONU s’efforce sans succès de résoudre, depuis la création de l’État d’Israël, voilà 70 ans.

peo/agp/ifb/cvl

EN CONTINU
notes connexes