mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des leaders sociaux de Colombie auront recours à la Cour Pénale Internationale

Bogotá, 28 mars (Prensa Latina) Une cinquantaine de leaders sociaux de Colombie présenteront le 5 avril prochain une plainte devant la Cour Pénale Internationale pour dénoncer les agressions systématiques à leur encontre.

L´objectif de la visite à La Haye est d´exhorter le tribunal transnational à enquêter et juger les délits qui ont lieu dans le pays sud-américain, considérés comme des crimes de lèse-humanité.

Selon des organisations politiques et sociales de Colombie, l´extermination des leaders sociaux continue en raison de l´impunité qui prévoit actuellement dans le pays.

C´est notamment ce qu´estime le sénateur et leader du mouvement Colombia Humana (Colombie Humaine), Gustavo Petro, qui fera partie de la délégation qui se rendra aux Pays-Bas.

« Le Ministère Public de la nation n´a pas la volonté d´enquêter, et compte tenu des attaques à l´encontre de la Justice Spéciale de Paix (JEP) nous n´avons pas d´autre choix que de nous présenter devant la Cour Pénale Internationale pour solliciter l´investigation des crimes de lèse-humanité en Colombie », a affirmé Petro.

La JEP est le système judiciaire spéciale prévu par l´Accord de Paix entre l´État et l´ancienne guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP), mais dont la mise en place est entravée par l´actuel gouvernement d´Ivan Duque et le propre Ministère Public.

Selon l´organisation Somos Defensores de Colombia (Nous Sommes les Défenseurs de la Colombie), 91,4 pour cent des assassinats de leaders sociaux commis entre 2009 et 2017 sont restés impunis, et seulement 49 cas (8,6 pour cent) ont été jugés.

Récemment. l´Organisation des Nations Unies (ONU) a également tiré la sonnette d´alarme quant à l´escalade de crimes contre les défenseurs des droits de l´Homme et les leaders communautaires dans ce pays.

La Commission des Droits de l´Homme de l´ONU a rendu compte de la détérioration de la sécurité personnelle et sociale en Colombie suite à des investigations menées à partir des plaintes d´organisations indigènes, paysannes et syndicales.

peo/mgt/tpa

EN CONTINU
notes connexes