vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Croix Rouge Internationale signale la grave situation actuelle en Colombie

Bogotá, 29 mars (Prensa Latina) Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a attiré hier l´attention sur la dégradation de la situation humanitaire en Colombie, qualifiée de grave.

« La permanence de conflits armés, à laquelle s´ajoute la violence exercée par des groupes de diverses natures dans les territoires ruraux et les villes, continuent d´être le quotidien de millions de colombiens », a exprimé le chef de la délégation du CICR en Colombie, Christoph Harnisch.

Il a souligné que la situation est actuellement plus complexe qu´au moment de la signature de l´Accord de Paix entre le Gouvernement et l´ancienne guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP).

Le haut fonctionnaire a ajouté que le chiffre de déplacés dans le pays, une conséquence de la violence dans les zones rurales, est inquiétant.

À ce sujet, Harnisch a souligné que l´organisation a aidé 124 mille personnes pour des situations de déplacement en 2018, puis que les assassinats sélectifs continuent et que les menaces ont contraint de nombreuses personnes à quitter leur communautés.

Il a considéré qu´il n´y avait pas d´amélioration, voir l´inverse, dans la vie des habitants de nombreuses localités depuis la signature de la paix, ce qui constitue l´une des conclusions les plus alarmantes, et que cela est en partie dû à l´absence de l´État dans les zones touchées par la guerre.

Puis il a fait référence à l´important nombre de disparitions forcées, et au fait que ce phénomène est utilisé comme une menace pour provoquer la peur au sein de la population civile. « En 2018, il y a eu au moins un cas de disparition forcée tous les quatre jours en Colombie », a-t-il précisé.

« En 2019, nous continuons d´insister sur le manque de réponses face aux disparitions. Les familles des plus de 80 mille disparus du pays attendent toujours une information, qui arrive au compte-gouttes, et ce plus de deux ans après l´annonce de la création de l´Unité de Recherche de Personnes Disparues », a-t-il manifesté.

Le CICR a considéré que l´insécurité a également augmenté dans les zones urbaines en raison de la présence de nombreuses bandes criminelles.

« La grande majorité des personnes affectées par la violence en Colombie sont des civiles. La population civile vie dans des conditions très précaires. Sur le terrain nous voyons des communautés qui ont peur, qui sont désorientées, et souvent menacées », a souligné Harnisch.

Le chef de la Croix Rouge en Colombie a conclu que la situation dans ce pays est réellement préoccupante, et que fin 2018, une dégradation significative des conditions humanitaires a pu y être constatée.

peo/rgh/tpa

EN CONTINU
notes connexes