mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´intromission des États-Unis dans l´agenda de paix en Colombie est critiquée

Bogotá, 5 avril (Prensa Latina) Des congressistes et des personnes politiques colombiens ont rejeté l´intromission des États-Unis dans l´agenda législatif du pays concernant la Juridiction Spéciale pour la Paix (JEP).

Le fait que l´ambassadeur de Washington à Bogotá, Kevin Whitaker, ait invité mardi dernier des législateurs colombiens à un déjeuner, pour faire part de son soutien aux objections du Gouvernement à la loi statutaire de la JEP, a provoqué malaise et préoccupation au sein de différents secteurs du pays sud-américain.

Whitaker a également invité mercredi les magistrats de la Cour Constitutionnelle à un repas dans le but de faire pression pour modifier cette loi statutaire de la JEP, considérée comme la moelle épinière de l´Accord de Paix négocié à La Havane entre le Gouvernement de l´ancien président Santos et l´ex-guérilla des FARC-EP.

Selon la congressiste du mouvement Colombie Humaine Angela Maria Robledo, l´un des représentants de la Chambre qui a assisté à l´invitation de mardi dernier a expliqué que le message de l´ambassadeur nord-américain a été: « Trump m´envoie vous dire qu´il faut voter les objections à la JEP ».

L´ancien président de la Colombie, Ernesto Samper, a réagi à cette intromission en demandant: « Quel est le but de l´ambassadeur des États-Unis contre la JEP? Que pense la chancellerie colombienne de ces agissements? Pourquoi des magistrats et des parlementaires se sentent intimidés par cette personne? Il offre et refuse des visas? ».

Ivan Cepeda, sénateur du Pôle Démocratique Alternatif, a également questionné le silence du chancelier de Colombie, Carlos Holmes Trujillo, face à l´intromission de l´ambassadeur des États-Unis dans les affaires internes du pays.

Cet épisode a provoqué un tel malaise que Whitaker a été obligé d´annuler le diner auquel il avait convié les juges de la Cour Constitutionnelle, lesquels avaient apparemment déjà décliné l´invitation.

Cependant, la publication La Silla Vacia a révélé que lundi dernier, le représentant de Donald Trump en Colombie avait également invité à sa résidence les membres de la Commission du Sénat qui étudient les objections du président Ivan Duque à la JEP.

Les congressistes d´opposition maintiennent que la réaction du Gouvernement Nationale face à cette situation a été plus que timide.

« Le chancelier (colombien) est disposé à faire tout type de déclaration en relation à ce que dit ou fait l´ambassadeur de la Russie concernant ce qu´il se passe au Venezuela, mais quand il s´agit d´une intervention des États-Unis dans nos affaires de politique intérieure il garde un silence funéraire », a manifesté Ivan Cepeda.

peo/ga/tpa

EN CONTINU
notes connexes