mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des dizaines de libanais sont entrés dans le territoire des Granges de Sheeba occupé par Israël

Beyrouth, 8 avril (Prensa  Latina) On apprend par une dépêche de la chaine  Al Manar que des dizaines de libanais ont pénétré hier dans le territoire des Granges de Sheeba occupé par Israël et qu’ils ont mis les troupes de Tel-Aviv en alerte.

Après que le président Donald Trump ait officiellement reconnu la souveraineté d’Israël sur les territoires syriens occupés des Hauts du Golan, la population libanaise pense qu’une décision identique pourrait être prise au sujet des territoires libanais de Sheeba, des collines de KfarShuba et de la ville de Gayar.

Pour les spécialistes, les Granges de Sheeba sont un territoire à haut risque où le rejet de l’occupation israélienne par la population pourrait mener à une confrontation directe avec les troupes de Tel-Aviv.

En l’an 2000, la Résistance libanaise parvint à imposer un retrait unilatéral et  inconditionnel de la grande majorité des territoires occupés du sud Liban, à l’exception des trois zones mentionnées ci-dessus qui restèrent aux mains des sionistes.

Face à la réaction populaire de cette semaine, les troupes d’occupation se sont mises en état d’alerte, ce qui aurait pu aboutir à une confrontation armée entre les deux camps.

Criant des slogans contre les soldats israéliens, brandissant des pancartes et des documents prouvant que les Granges de Sheeba appartiennent au Liban, les manifestants sont entrés en territoire occupé.

« Le Liban n’acceptera jamais la Ligne Bleue comme frontière. Jamais nous n’abandonnerons la moindre parcelle de notre territoire national », a déclaré le député Kassem Hashem.

Cette Ligne Bleue est une ligne de démarcation instaurée par l’ONU après le retrait israélien, mais Beyrouth, qui ne reconnaît pas l’État d’Israël, n’a jamais donné son accord au sujet de cette démarcation.

La manifestation a semé la panique chez les israéliens. Leurs officiers ont demandé aux Forces de la Paix de l’ONU au Liban d’intervenir et ces dernières ont essayé de disperser pacifiquement les manifestants.

Selon la chaine Al Manar, beaucoup d’observateurs estiment qu’il suffirait de la moindre étincelle pour qu’une guerre éclate aux Granges de Sheeba, et le conflit pourrait ensuite conduire  à une confrontation plus généralisée pour libérer le Golan syrien.

peo/mem/arc

EN CONTINU
notes connexes