mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela dénonce la violation du Droit International à l´OEA

Caracas, 10 avril (Prensa Latina) Le Venezuela a qualifié hier d´ « effrontée et de criminelle violation du Droit International » la résolution concernant cette nation sud-américaine approuvée lors de la session extraordinaire du Conseil Permanent de l´Organisation des États Américains (OEA).

Dans un communiqué émis par la Chancellerie, le Gouvernement vénézuélien a dénoncé le fait qu´ « un groupe de gouvernements satellites de Washington a donné son aval à une marionnette politique » désignée par les États-Unis.

Ce en référence à l´acceptation par l´OEA, à la majorité mais non pas l´unanimité, de Gustavo Tarre comme représentant du Venezuela « désigné » par l´Assemblée Nationale de ce pays, inhabilitée depuis 2016; ne reconnaissant donc plus la représentation officielle du Gouvernement constitutionnel de Nicolas Maduro, mais celle de Juan Guaido, qui s´est autoproclamé président en charge de la nation sud-américaine le 23 janvier dernier.

« Il s´agit de l´une des plus malheureuses décisions prises dans la longue histoire de violations juridiques et politiques de cette Organisation, et d´une vulgaire instrumentalisation du chantage et de la pression contre les États membres pour satisfaire les désirs politiques (…) étasuniens », indique le communiqué de la Chancellerie.

Les autorités de Caracas ont souligné que la posture de l´OEA « valide le plan de coup d´État initié le 23 janvier dernier, et prétend créer des conditions pour renforcer l´ingérence et l´agression contre notre pays, y compris la menace d´une intervention militaire ».

Le Venezuela a souligné qu´il ne reconnaitra aucun émissaire politique qui n´ait été désigné en conformité avec les dispositions constitutionnelles, par le plus haut représentant du Pouvoir Exécutif National et chef d´État, Nicolas Maduro.

Puis il a été signalé que toute action, décision et/ou accord adopté de manière bilatérale ou multilatérale au sein de l´OEA, avec la participation d´un « fantoche politique usurpateur », sera considéré par le Gouvernement vénézuélien comme un acte nul et dépourvu de légalité.

Le communiqué officiel ajoute que Washington a bougé « ses pions politiques sur le continent pour faire plier la volonté démocratique des États membres, et donner une teinte légale et un douteux oxygène à l´agression contre le Venezuela ».

Le Venezuela a ratifié sa décision d´abandonner l´Organisation des États Américains, officiellement formulée il y a deux ans et qui doit entrer en vigueur le 27 avril prochain.

À quelques jours de cette échéance, l´OEA chercherait-elle à garder en son sein ce pays pétrolier sud-américain par le biais de la représentation d´un président autoproclamé?

peo/mv/wup

EN CONTINU
notes connexes