jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Malgré l´entrave de l´Argentine, 90 vénézuéliens rentrent au pays

Caracas, 16 avril (Prensa Latina) Le chancelier du Venezuela, Jorge Arreaza, a informé de l´arrivée de 90 concitoyens par le biais du programme gouvernemental Plan Vuelta a la Patria (Plan Retour vers la Patrie), et ce malgré le refus d´octroyer les permis de vols de la part du Gouvernement de l´Argentine.

Sur le réseau social Twitter, le ministre des Relations Extérieures a tenu à remercier les autorités de l´Uruguay et les équipes internationales qui ont collaboré au retour des vénézuéliens.

Arreaza a notifié que face au manque d´autorisation nécessaire pour que les avions de la compagnie vénézuélienne Conviasa puissent atterrir sur le sol argentin, les concitoyens ont été transportés par voie fluviale, sur le Rio de la Plata, jusqu´à la ville de Colonia en Uruguay.

Ensuite ils ont été transportés en bus jusqu´à l´aéroport International de Carasco à Montevideo, où ils ont embarqué à destination du Venezuela.

La mission de rapatriement entravée par Buenos Aires comptait plus de deux semaines de préparatifs, et l´atterrissagedes avions vénézuéliens était prévu pour la nuit du samedi 13 avril.

Face à cette entrave, Arreaza a manifesté que ces difficultés imposées constituent une évidente violation des droits de l´Homme. Le Plan Vuelat a la Patria, mis en place par l´Exécutif vénézuélien en août 2018, est un système de protection sociale pour le retour volontaire de migrants nationaux qui se trouvent en situation vulnérable dans des pays comme l´Argentine, le Brésil, la Colombie, le Chili, l´Équateur, le Pérou, la République Dominicaine et le Panama.

Avec le rapatriement de ce mardi, le nombre de vénézuéliens ayant bénéficié de ce programme est de 13 mille 901 depuis le mois d´août.

Face à cette situation et ces entraves, Jorge Arreaza a souligné que les mesures imposées mettent en lumière la collaboration directe du président argentin, Mauricio Macri, dans la guerre qu´encouragent les États-Unis et leurs alliés contre le peuple vénézuélien.

peo/mv/odf

EN CONTINU
notes connexes