samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie rejette la menace de l´usage de la force des États-Unis contre le Venezuela

Moscou, 18 avril (Prensa Latina) La Russie a aujourd´hui réitéré son rejet de la menace constante de l´usage de la force de la part des États-Unis contre le Venezuela, puis a demandé que l´argent volé à ce pays par des puissances occidentales soit restitué.

« Washington ignore, dans le cas du Venezuela, le principe qui est d´éviter la menace ou l´emploi de la force contre des nations souveraines ;ce qui est en ce moment fait quasiment tous les jours de manière différente », a commenté la porte-parole de la Chancellerie russe, Maria Zajarova, lors du Vème Forum Économique International de Yalta.

« À en juger par les récentes déclarations du Commandement Sud nord-américain (en charge de l´Amérique Latine) et de la Maison Blanche concernant un délai unilatéralement imposé au président vénézuélien légitime, Nicolas Maduro, pour qu´il abandonne le pouvoir, sous peine d´invasion militaire, on peut considérer que ces propos sontplus que sérieux », a-t-elle estimé.

Puis la diplomate a ajouté que « ce qui attire l´attention c´est l´hypocrisie avec laquelle les États-Unis parlent d´ingérence de la Russie dans les affaires internes du Venezuela, alors que c´est Washington qui soutient un usurpateur du pouvoir dans ce pays sud-américain », considérant que les « réclamations de la Maison Blanche sont réellement de mauvaises blagues ».

En commentant l´intention des États-Unis de promouvoir l´entrée de certains pays latino-américains dans l´Organisation du Traité de l´Atlantique Nord (OTAN ; dont notamment la Colombie et le Brésil), Zajarova a rappelé la triste histoire de ce bloc militaire, il y a tout juste 20 ans, lors de son action contre la Yougoslavie.

« Il serait réellement triste que l´alliance atlantique répète les bombardements contre une population, dans ce cas la vénézuélienne, pour le délit de refuser de se subordonner aux desseins nord-américains », a estimé la porte-parole.

« Malgré l´opposition à une agression contre le Venezuela,qui existe en Amérique Latine et à l´intérieur des propres États-Unis,  la Maison Blanche continue avec ses menaces bellicistes », a-t-elle affirmé.

« Y compris un quotidien ayant une histoire anti-cubaine reconnue comme The Miami Herald affirme qu´une action militaire contre le Venezuela serait une erreur », a déclaré Zajarova.

Puis elle a souligné que le « Venezuela signe des accords avec des entités internationales comme la Croix Rouge pour l´arrivé d´approvisionnement, tout comme cela a lieu avec la Chine et la Russie, et ce sans aucun souci ».

« Mais Moscou rejette l´imposition par la force, entrainant des incidents à la frontière vénézuélienne, d´une aide humanitaire totalement fausse, qui à la place de médicaments et aliments contient des câbles, des fils de fers et autres matériels servant à des actions de déstabilisation », a-t-elle précisé en référence aux reportages de journalistes ayant pu révéler le contenu de certains camions stationnés à la frontière colombienne.

« Ce que devrait faire l´Occident, c´est plutôt de cesser de voler les actifs financiers à l´étranger du Venezuela, comme cela vient d´avoir lieu au Portugal, et restituer dès maintenant cet argent, car avec ces ressources Caracas peut acheter tout ce qui est nécessaire », a-t-elle affirmé.

peo/mgt/to

EN CONTINU
notes connexes