samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Iran: le retrait du Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires est à l’étude

Téhéran, 29 avril (Prensa Latina) Face aux dernières mesures décrétées par les États-Unis afin de réduire à néant les échanges commerciaux de l’Iran avec l’étranger, Téhéran envisage un éventuel retrait du Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires (TNP).

 

Selon le ministre des Affaires Étrangères, Yavad Zarif, le Gouvernement analyse plusieurs possibilités, parmi lesquelles l’abandon du TNP.

« La République Islamique a le choix entre plusieurs options et les autorités estiment que le retrait du TNP est l’une d’entre elles », a précisé le chef de la diplomatie perse au cours d’un entretien retransmis aujourd’hui par la chaine nord-américaine Fox News.

Zarif a reconnu que les difficultés créées par l’embargo qu’impose Washington sont réelles bien que Téhéran compte sur sa longue expérience en la matières pour passer outre.

Le TNP est un accord signé par 191 États. Il est entré en vigueur le 5 mai 1970 et son objectif est d’empêcher la prolifération des armes atomiques tout en encourageant la coopération et l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.

L’Iran a contribué à consolider l’esprit et la lettre de ce traité en signant, en 2015, un Plan Intégral d’Action Conjointe (JCPOA, en anglais) avec six autres grandes puissances.

Ce Traité, approuvé par une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, réduisait le programme de développement nucléaire iranien et garantissait que la fission atomique serait utilisée par Téhéran à des fins pacifiques.

Cependant, les États-Unis, obéissant aux ordres de Donald Trump, se sont retirés de ce pacte et ont recommencé à de nouveau  imposer les sanctions qui avaient été levées après la signature de ce Traité.

Non content de cette rupture, Trump a cru devoir hausser le ton. Sa stratégie consiste à punir la République Islamique par de nouvelles sanctions afin de la faire plier en utilisant les armes de la « pénurie et du terrorisme économique », selon les termes de Yavad Zarif, et ne laissant ainsi à L’Iran que le choix des armes défensives.

Peo/to/arc

 

EN CONTINU
notes connexes